Ahhhh! le depart en vacances

christinej

Dans la voiture, les poumons de Monsieur Papa sont en régime de sur ventilation et en soufflerie position max, son impatience transpire jusque dans la transe de son fessier sur le siège simili cuir de son auto.

Les enfants, entassés à l'arrière, en ont déjà marre et pourtant la voiture n'est même pas encore démarrée.

Madame Maman arrive (enfin ! souffle Monsieur Papa entre ses dents qui s'émiettent) le doudou de petit Ben entre les mains.

Ben oui, petit Ben sans son doudou c'est une usine à pleurs, alors vaut mieux ne pas l'oublier.

Le « ce n'est pas trop tôt » de Monsieur Papa lui vaut un regard mortel de la part de Madame Maman. Il entre dans la zone de fais-toi tout petit ou on va rejouer le remake trash de casse-noisettes. Il décide, alors de faire l'innocent (cela lui va très bien) derrière son volant et commence un monologue sur le beau temps et les petits oiseaux.

Il faut dire que, pendant que Monsieur papa se grattait l'entrejambe, elle courait dans toute la maison pour préparer le voyage. Entre les valises, les crèmes solaires, les provisions, les médicaments et les prévisions de catastrophes tout à fait plausibles comme une invasion extraterrestre, ou un tsunami, voir une tempête de sable, Madame Maman a tout prévu.

Le fils ainé, Fabien (Fab pour les intimes), casque sur les oreilles joue à des jeux sur le net et ignore totalement sa mère car partir en vacances avec ses parents c'est la loose.

La fille, Caroline (ne jamais l'appeler Caro ben oui quoi pourquoi pas trèfle aussi pendant que l'on y est !!) est pendue à son phone avec sa BFF, se vernit les ongles et, est donc, dans l'incapacité physique et mentale de faire sa valise.

Sans parler de petit Ben, trois ans, cul nu, hurlant un peu d'attention car il vient de perdre doudou et refuse de s'habiller sans son précieux.

Madame Maman sur les rotules, fume des semelles et des oreilles.

Mais heureusement tout est oublié (ou presque) car la famille part enfin en vacances.

 

Ahh !les 10 premières minutes de trajet, l'euphorie sur-dopée du départ, avec des parents au bout du rouleau, limite séisme sous cutané, réclamant par tous les pores de leur peau un peu de repos.

Oui mais voilà, entre le repos et les parents, il y a 6 heures de route.

Au début il y a la bataille de la radio, personne n'est d'accord, trop fort, trop naze, trop ringard, trop « sérieusement c'est du n'importe quoi la »…

Tout cela fini avec de petits noms d'oiseaux vraiment exotiques et un Fab qui enfourche son casque pour écouter de la vraie musique selon lui (enfin une musique que l'on ne peut apprécier que si on déconnecte la totalité de ses neurones).

Une Caroline, frustrée, agrippant son tel (celui qu'elle a passé tant de temps a engluer de fausses pierres et de babioles en tous genres) et commence à papoter, chater, tweeter, skyper, facebooker et émoticôner ses humeurs sous forme de smileys fâchés et de bonhommes vomissant.

Le petit Ben, arrive, incroyable, à dormir. Sommeil, malheureusement bien trop précaire.

Madame Maman reluque, pour passer le temps (mais pas que) la carte routière, fronce les sourcils, dubitative.

Deuxième remarque de Monsieur Papa, qui pourtant avait eu l'intelligence de la boucler jusque-là, « laisse tomber chérie, je gère, je sais où l'on va, moi ! ».

Pourquoi ce moi à la fin, il a peut-être des envies suicidaires, en tout cas Madame Maman avale ce moi de travers.

Monsieur Papa sent monter à côté de lui une atmosphère lourde et orageuse émanant du siège passager.

Bien sûr il fallait qu'il rajoute (fier de lui) « de toute façon tu ne sais pas lire une carte ».

Grosse erreur.

Piquée au vif dans sa cellulite naissante, Madame Maman, ouvre la fenêtre, jette carte, notes, itinéraire, crayons et tout un tas de jurons qui peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes.

A cela s'ajoute, petit Ben hurlant a décaper les tympans, du frère et de la sœur luttant pour un demi-centimètre de banquette qui serait envahi par l'un ou l'autre selon le tangage de la voiture.

Sans oublier le « non mais ça va pas, t'as perdu la tête ou quoi ». Non la franchement trop c'est trop.

Madame Maman, proche de la fusion nucléaire hurle « la ferme ! ».

Tous, sans exception, la boucle, le trouillomètre à zéro.

Les heures suivantes, dans la voiture, seul le moteur la ramenait en pétaradant de temps en temps.

Arrivés à l'aire de repos, un peu de détente frémit au coin de leurs yeux.

Bien entendu il n'a aucune table de libre, ce serait trop facile, alors on mange dans la voiture, portières ouvertes, à côté de voisins bruyants dans la même situation de nervosité.

D'ailleurs leur petit dernier cul nu (ça doit être à la mode !) décide de marquer son territoire en pissant sur le parechoc de leur voiture.

Au lieu d'être choqués, ils ont ri là s'en étouffer avec le merveilleux sandwich que maman avait préparé avec amour le matin même. On n'oublie (surtout) pas de la remercie pour le repas et la petite famille répare, sourire timide aux lèvres.

Heureusement Madame Maman est en vacances et range ses rancunes dans un coin de sa mémoire car cela pourra certainement servir plus tard.

Le reste du trajet se fait dans une relative bonne humeur avec des jeux et des chansons.

Enfin l'air de la plage commence à titiller les narines.

Encore quelques kilomètres et ils seront arrivés.

Plus ils s'approchent, plus le ciel devient sombre.

Les températures semblent s'affaisser de 10 degrés à la seconde.

Une pluie grosse et percutante s'en prend à leur voiture. Puis une grêle en mitrailleuse à répétition se décharge sur eux.

Petit Ben pris de panique pleure, suivi de sa sœur qui franchement trouve ça trop pas marrant.

La pluie repart de plus belle, on y voit à peine même avec les essuie-glaces à la vitesse maxi.

Non sans mal, il arrive enfin à leur destination, le camping « les pieds dans l'eau » (cela ne s'invente pas), les barrières fermées pour cause d'inondation.

Et voilà comment les vacances de Monsieur et Madame sont tombées à l'eau.

  

  • Oh la la ! Mais pourquoi donc attend-t-on les vacances avec tant d'impatience !?! C'est pire que le bagne !! Hop, je retourne vite au boulot !

    · Ago almost 5 years ·
    Ananas

    carouille

  • C'est vraiment un dimanche noir aujourd'hui !

    · Ago almost 5 years ·
    479860267

    erge

Report this text