Amour sans sexe

Hyacinthe Viroulaud

Trouver le plaisir de composer pour elle, dessiné notre union en passion

Comme collaborer, pas sans compétition car d'autres veulent jouer, avec les mots de ma chanson

Se lâcher, choisir les bons sons, pour que les mots en deviennent profonds

Tenir bon, s'investir ! et travailler le fond   

Un élément reste capital, fondamentalement, le zeste musical

Je veux bosser, seul avec ma composition

A fêter, en son, ma promotion

Car  promu dans ce boulot, je suis, mon propre patron

Contrôler seul mes gestes, m'en fatiguer tant bien que mal

A faire, que dalle

Seulement suivre la partition, laisser libre mon inspiration

 Des mots en cavale

Portés par une envie sans nom

 

Je joue, à truander une musique de fond, par accroche brutal

La brute, le truand ! Peu m'importe, on n'en retiendra que le bon

 

A l'unisson, mon son et mon sang

Passant par la, l'unique sens, pas de mensonges

Il est déjà l'heure, passons encore un instant

A rêver, que notre union se prolonge à travers le temps

Et  que malheureusement

Les autres n'ont pas suivis le sens du vent 

 

 

Je t'offre ce texte, de fautes grammaticales, sans conteste

Mes prétextes,  envolés, radicale

Escompté, un mot rassure l'autre, amical

Pas de stress, comme envouté, d'une liaison sans sexe

Prendre des risques, se mettre à nu, sans complexes

Les capotes de coté, vas-y laisse

Pour que ne me blesse mon amour des textes   

 

Ecrire en vitesse, à devenir fou de demain, et des  « mourras t'on ? »

Mais à quoi bon, ou est le principal ?

Je ne le sais pas, mais moi je joue sans mal

A truander une musique de fond, par accroche brutal

La brute, le truand ! Peu m'importe, on n'en retiendra que le bon

 

 

 

A l'unisson, mon son et mon sang

Passant par la, l'unique sens, pas de mensonges

Il est déjà l'heure, passons encore un instant

A rêver, que notre union se prolonge à travers le temps

Et  que malheureusement

Les autres n'ont pas suivis le sens du vent 

Ils comprendront, j'espère à temps, qu'a la fin

 

Il n'en restera qu'un, ……..un long moment

Report this text