Aquarelle

La Verdad

Des portraits, des portraits, la magie de l'abstrait.

Des  portraits, des portraits, des regards aux aguets

D'éternelles lignes, du bonheur au spleen

Des tracés, des tracés la vie sur papier

Elle croque le monde d'une plume vagabonde.

Elle croque l'oubli des traits pour la vie.

Elle saborde de sa griffe l'écorchure éphémère.

 

Des amoureux, aux hommes solitaires.

Son imaginaire, un palace diamantaire

Oh rubis d'aquarelle !!!

Que s'ouvre les arcs en ciel

Report this text