Au secours !

Mokrane Kab

2013. Qui veut bien essayer de raconter son histoire en 2013 expressions mélodiques ?

2013. Les guerres n'ont pas cessé et même si la démocratie croit revenir en force, la barbarie prend de l'avance. 

Les guerres ne sont plus les mêmes. Elles ne servent plus à sauvegarder la liberté, non, elles sont là pour détruire et dominer l'autre quelqu'en soit le prix. Elles reviennent pour des affaires de pouvoir, d'argent.

Vous me direz qu'elles ont toujours été faites pour ça. Oui, mais là, il n'y a plus que ça qui compte. Avant, il était possible de faire croire que la paix et la liberté étaient l'excuse d'un engagement. Aujourd´hui, elles révèlent leur visage et ne se cachent même plus. Elles sont dominatrices et castratrices au vu et au su de tous.

Les journalistes, les vendeurs d'armes, les politiques et les chefs d'entreprises se concertent et admettent que la seule alternative que les pays riches ont, c'est la guerre.

Les nouveaux marchés, les produits et les consommateurs sont à trouver chez les autres. Là où personne n'est encore allé mettre ses affaires, il faut y mettre les siennes. Peu importe si ces gens sont d'accord ou non. Il faut bien choisir un parti. Et si le choix se porte sur des assassins ou des intégristes, la belle affaire ! Ce qui nous pose question, c'est combien de produits allons-nous vendre et qui prendra la meilleure place sur leur marché ? 

Le reste, il faut leur chanter. On leur envoie nos concepts qui marchent. La nouvelle Tare, la naissance d'une vedette de la chanson qui fera rêver leurs boutonneux. Les bonnes vieilles recettes d'émissions pourries sur des chanteurs décrépis pourront les contenter. 

Allez, chantons dans ce merdier immense, et tuons en rythme. Massacrons donc en musique, ça fera toujours des ventes de DJ´s décérébrés.

Oublions tous les artistes qui se battent pour un monde meilleur et noyons tout ce beau monde de bêtises qui empêchent de réfléchir ! Après tout, c'est ça qui fait vendre. Les chansons mielleuses et dégoulinantes de bons sentiments, les chansons sur le quotidien, voilà le créneau nouveau des gros labels.

Et surtout n'inventons rien qui soit neuf, beau ou critique, non, reprenons les recettes qui marchent. Remodelons les vieux tubes et amassons les intérêts sans nous soucier de la vague des intellectuels, des gens qui aiment la vraie musique, et qui demandent des paroles.

Du rythme, des danses et des mélodies qui vous mangent la tête, voilà ce qu'il faut et ce qui doit être. 

L'argent n'a pas besoin de beauté, d'art, il a juste besoin de rester en boucle, d'abrutir, le temps de trouver une autre ritournelle pour remplacer la précédente. De l'immédiat, pas du durable. Du jetable, pas de l'éternel. 

Si vous faites de la poésie et que vous réfléchissez sur le monde et l'humanité, votre place n'est pas ici.

La guerre est déclarée aux poètes et aux artistes engagés.

Circulez, il n'y a rien à voir. Et surtout rien à écouter... En 2013 ? 

  • Je suis d'accord que la conscience humaine ne s'est pas élevée en 2013... D'ailleurs, c'est l'une des années les plus meurtrières pour les journalistes... On a même vu des ex-responsables de RSF se présenter sur des listes FN... Mais je dois dire que le Blizzar de Fauve m'a sauvé l'année musicalement...

    · Ago almost 6 years ·
    Muraco.nashoba

    ahqepha

Report this text