Bonimenteuse

coob

Ce texte a été écrit dans le cadre du club d'écriture EXTRACTION-DESENFUMAGE (#4)

Le thème donné était :

"Quand c'est électrique, c'est toujours mieux"

                           Bonimenteuse

Spéciale dédicace à toute la bande d'EXTRACTION

La vieille eut à peine le temps d'entrouvrir la porte que le pied de Jil était déjà lestement inséré dans l'interstice.

- Mrs Miller ! Vous venez d'ouvrir votre porte à la Modernité! Quand c'est électrique, c'est toujours mieux … Fini le labeur, vive les glandeurs ! Oubliée l'huile de pouce, à vous la vie douce …

- Dégagez.

- Pardon ? A mais non, mais vous faites erreur, je ne suis pas là pour vous importuner mais pour vous CHANGER LA VIE ! J'ai tout un assortiment de brosses à dents, aspirateurs, grille-pains et j'en passe, à vous proposer, tout électrique, ultra moderne !
- Queq'chose que vous comprenez pas dans DEGAGEZ ?

Les yeux de la vieille s'étrécirent de façon inquiétante mais Jil passa outre, comme on le lui avait appris pendant la formation.

- Et même des ustensiles plus intimes si c'est …

Lorsqu'elle vit le canon du fusil pointer sous les plis de la robe de chambre, Jil recula d'un pas.

Elle entendit la porte claquer alors qu'elle s'engouffrait dans son camion.

Elle se laissa tomber sur le siège conducteur et posa son front sur le volant en soupirant. Le camion, rouge, flambant neuf lui aussi, avec son enseigne clignotante Mille Merveilles Electriques. C'est en partie à cause de lui qu'elle avait répondu à l'annonce. La compagnie recrutait des jeunes femmes modernes, qui savaient conduire et parler fort sans dire trop de gros mots. On leur offrait une semaine de stage et surtout, elles avaient toute liberté pour sillonner leurs 500 miles hebdomadaires avec la cargaison.

Lorsqu'elle releva la tête, Jil vit que le ciel était d'un rose aveuglant. La nuit allait tomber, elle démarra et roula vers la côte.

En arrivant aux abords du motel, elle repéra le camion de Paquita sur le parking.

Elle passa à l'accueil récupérer sa clé et se dirigea vers la minuscule piscine.

- Hola guapa !

- Hola bonita ! Alors, comment vont les affaires en cette fin de tournée ?

Jil prit la bière que lui tendait son amie.

- J'ai dû vendre deux sèche-cheveux en tout et pour tout, et ce soir j'ai failli me faire trouer la peau par Ma' Dalton. Jake va criser. Ca fait trois mois que je vide son plein sans rien ramener en retour.

Paquita lui fit son sourire d'entourloupeuse professionnelle.

- Toi , tu as tout vendu, évidemment, comme d'habitude ...

- …
- Qu'est-ce que tu mijotes ?
- Eh bien, pour une fois, je n'ai pas TOUT vendu.
- Aha ?
- Il me reste juste un produit, et comme on est jeudi soir, je me suis dit que ce serait dommage que je passe ma journée de demain sur les routes alors que je pourrais déjà être au chaud dans les grands bras de mon tendre … - - - - Qu'est-ce que … ?
- Alors je me suis dit que tu n'allais pas refuser de me rendre un petit service. J'ai laissé le carton dans la chambre. Si tu veux bien, je file dès ce soir rejoindre mon amoureux. Jake n'y verra que du feu, on se retrouve demain au bureau pour la paie. Enfin, la mienne …
- Elle éclata de rire, attrapa sa veste et disparut.
- Ok … Un de plus un de moins, ne me demande surtout pas mon avis, fais-toi plaiz …

Jil tira une chaise au bord de la piscine illuminée et but une gorgée en contemplant son reflet dans l'eau.

Ca n'était pas la vie qu'elle avait imaginée. Elle avait surtout voulu quitter le ranch et la vie étriquée. Elle voulait voyager, voir le monde. Elle voulait être beatnik, dormir à la belle étoile, écrire des poèmes, n'avoir aucune attache.

Bon, ça, elle avait plutôt bien réussi. Quand on se retrouve seule dans un motel anonyme au milieu de nulle part parce que votre unique copine vient de vous poser un lapin, on peut dire qu'on n'a pas trop d'attaches.

Elle avait rêvé de vivre de grands espaces et d'eau fraîche. Au lieu de cela, elle poussait les gens à la consommation, avec ses engins électriques hors de prix. Elle les importunait alors qu'elle aurait voulu les sauver du quotidien. Elle les forçait à s'encombrer alors qu'elle aspirait à la liberté du dénuement.

Elle aurait voulu être rebelle.

Elle balança sa bouteille dans la piscine et se leva.

Quel article invendable Paquita avait-elle bien pu lui laisser ? Une couverture chauffante ? Une fontaine à chocolat ? Un éplucheur de pommes ultra rapide ?

En entrant dans sa chambre, elle vit tout de suite le gros carton sur le lit. D'emblée, il lui sembla différent des autres. Elle chercha le logo de Mille Merveilles Electriques mais ne le trouva nulle part.

En soulevant le colis, elle fit tomber une enveloppe à son nom. Elle en sortit une lettre manuscrite :

Ma grande,

Tu t'es trompé de boulot. Tu n'as rien d'une bonimenteuse.

Par contre je suis persuadée que tu as l'étoffe d'une vraie conteuse.

Seulement, lente au décollage comme tu l'es, je pense que tu ne t'y mettras jamais sans un petit coup de pouce, alors voilà le dernier bijou en date.

Parce que, comme dirait Jake : « Quand c'est électrique, c'est toujours mieux ! »

Fais-toi enfin plaisir !

Ta cops,

Paquita

De plus en plus intriguée, elle arracha les gros scotchs qui fermaient le colis.

Elle en sortit une superbe machine à écrire électrique UNDERWOOD X234.

Elle la posa sur ses genoux en souriant et mit ses deux mains bien à plat dessus.

…..................

Une heure plus tard, elle se leva pour tirer les rideaux sur la nuit noire, alluma la lampe de chevet, brancha sa machine, et se mit à écrire.

  • Ahahah sympathique, la chute ! J'aime beaucoup ton style, du genre qui se passe allègrement de fioritures et d'adjectifs. Du coup ça se lit en un rien de temps ! Je vais m'empresser de lire tes autres écrits !

    · Ago over 10 years ·
    Logo bord liques petit 195

    octobell

Report this text