1

mrnws

Adèle avait bravé le froid et la neige pour faire quelques achats supplémentaires. Elle était presque au point concernant les cadeaux qu'elle offrirait à Noël, malheureusement elle n'avait pas réussi à trouver tout ce qu'elle souhaitait. Pour les femmes de sa famille, elle n'avait eu aucun problème à trouver des cadeaux qui leur feraient très plaisir, mais en ce qui concernait les hommes, elle avait beaucoup plus de difficultés. Elle en avait marre des fameux produits de douche, polos et autres vêtements en surplus. Cette année, elle avait envie de trouver un cadeau qui ne ressemblerait pas aux autres ; elle avait encore du pain sur la planche.

Elle se promena en ville, où tout le monde semblait avoir eu la même idée. Elle avait l'impression de se faire marcher dessus et elle détestait cette sensation.

Néanmoins, ça n'eut pas la force de gâcher sa joie de voir les façades des maisons et des magasins décorées. Malgré le bout de son nez tout froid et le monde qui se pressait dans les magasins, elle prit plaisir à arpenter les rues parées pour les fêtes de Noël. En grande adepte des balades en ville, elle sut même quelle rue emprunter pour éviter tous les touristes et autres curieux qui s'arrêtaient tous les trois pas pour prendre des photos. Elle aussi en prenait quelques-unes mais faisait de son mieux pour ne pas embêter les autres passants.

Elle profita de l'heure du goûter pour entrer dans plusieurs magasins sans qu'ils soient encombrés d'enfants et de parents. Elle n'avait rien contre les enfants, mais ils étaient toujours de vraies tornades dans les magasins et elle aimait faire son choix dans le calme. Elle, qui avait toujours de grandes difficultés à prendre une décision, elle avait besoin d'un petit moment pour se décider et dans le bruit et les hurlements elle en était bien incapable.

Ces petites escapades lui permirent de trouver quelques bricoles mais rien de satisfaisant pour les cadeaux principaux de son grand-père et de son père. Il lui faudrait forcément revenir dans la semaine pour terminer ses achats mais cette sortie n'avait pas été du temps de perdu.

Elle vérifia l'heure sur sa montre pour se rendre compte qu'elle était déjà presque en retard pour son rendez-vous du soir. Pas un rendez-vous galant -au grand dam de ses parents- mais une soirée avec l'une de ses plus vieilles amies et son compagnon. Elle aimait se rendre chez eux et décompresser avec un verre de gin tonic et la vue sur les toits des bâtiments alentours. Pour elle, c'était magique, surtout pendant la période de l'Avent.

Elle envoya un message à Annie pour la prévenir du retard éventuel qu'elle aurait à leur diner, même si elle savait parfaitement qu'elle n'y prêterait aucune importance. Elle retourna son portable dans sa poche et continua d'avancer vers son propre appartement.

La neige commença à tenir sur son bonnet et elle s'arrêta quelques minutes pour s'émerveiller des flocons qui tombaient du ciel. Elle détestait avoir froid mais elle adorait voir la neige tomber ; ça lui semblait tellement incroyable et féérique qu'elle ne pouvait s'empêcher de les observer.

A trop garder le nez en l'air, elle glissa sur une flaque d'eau solidifiée. Adèle eut l'impression de vivre la scène au ralenti. Elle sentait l'air qu'elle fouettait désespérément avec ses bras et elle voyait s'élever le panache de fumée provenant de sa respiration. Soudainement elle fut sur les fesses et elle ressentit une douleur aigue lui remonter jusque dans le bas du dos.

Les quelques sacs qu'elle avait hérité de ses déambulations étaient rassemblés à ses pieds et ne semblaient pas avoir subi quelconque dommage. Toutefois elle n'était pas capable de s'en rendre compte si ça avait été le cas. Elle avait bien trop mal pour oser bouger ou prononcer un mot. Même le cri ridicule qu'elle avait poussé n'avait pas été très fort et n'avait donc ameuter personne. Sa chute était passée complètement inaperçue.

Elle ne se releva pas immédiatement mais préféra prendre quelques instants pour se moquer d'elle-même. Elle avait les fesses dans de l'eau et pourtant elle ne pouvait s'empêcher de rire.

- Est-ce que tout va bien ?

Adèle se retourna, l'air surpris. Elle n'avait remarqué personne aux alentours et s'était autorisée cette attitude folle, ce qu'elle ne se serait pas permis si elle avait vu quelqu'un d'autre.

L'inconnu lui tendait les mains pour l'aider à se relever mais elle prit quelques secondes avant de savoir si c'était la chose la plus raisonnable à faire. Comme il ne se précipitait pas pour abaisser ses mains, elle fini par accepter son aide. Elle réussit sans difficulté à se remettre sur ses pieds mais son coccyx l'élançait à chaque mouvement.

- Merci, ça va.

Elle lui adressa un sourire, autant pour le remercier que pour sembler agréable. Quelques minutes auparavant il l'avait découverte en train de rire toute seule et elle ne souhaitait pas qu'il garde cette image d'elle. Elle savait qu'elle n'était pas folle mais la position dans laquelle il l'avait trouvé ne l'assurait pas.

- Vous avez fait une belle chute, ajouta-t-il avec un sourire en coin.

- Oh… Vous m'avez vu. J'étais pourtant certaine d'être la seule dans le coin.

Elle eut une grimace qui ne dura pas longtemps. Rapidement, son sourire moqueur revint en force. Elle se moquait principalement d'elle-même ; elle n'en revenait pas d'être tombée ainsi au milieu de la rue.

Il haussa les épaules et glissa ses mains dans ses poches. Le silence se fit une place glacée entre eux et ni l'un ni l'autre ne sut comment agir.

- Vous n'avez mal nulle part ? Je ne voudrais pas vous laisser là, dans le froid, alors que vous souffrez.

- Non, tout va bien. Quelques bleus tout au plus. Merci d'être venu m'aider.

- Je n'allais pas vous laisser par terre.

Ils échangèrent un sourire et elle ramassa ses sacs à ses pieds. Elle se sentait troublée par cet inconnu qui était venu à son secours. Il n'avait rien de particulier mais une énergie se dégageait de lui et elle aimait bien cette sensation.

Elle remit en place son bonnet et releva la tête vers lui. Encore une fois, elle cacha ses impressions derrière un sourire crispé. Elle ne savait plus quoi dire et pourtant une sorte d'attraction la maintenait sur place, incapable de bouger. Pourtant elle sentait le froid traverser son jean et glacer ses jambes. L'eau, qui avait imprégné l'arrière de son pantalon, n'arrangeait rien.

Elle repensa à l'heure et au diner auquel elle était invitée. Il fallait absolument qu'elle rentre chez elle pour se changer et ensuite, elle irait rejoindre Annie et Simon. Mais il faudrait qu'elle parte maintenant pour avoir le moins de retard possible.

- Merci encore, pour votre aide.

- Ce n'est rien. Faites doucement à l'avenir, je ne serai pas toujours dans les parages.

Un rire franc s'échappa de ses lèvres gercées et elle lui sourit avant de s'éloigner.

Elle avait fait quelques mètres lorsqu'elle décida de se retourner vers lui. Elle espérait qu'il serait toujours là, ou au moins qu'il ne se serait pas trop éloigné. Il lui restait une chose à ajouter.

Ce fut un soulagement de l'apercevoir, toujours au même endroit, le visage tourné vers elle.

- Je m'appelle Adèle.

- Et moi, Liam.

Une nouvelle fois, ils échangèrent un sourire.

Elle reprit le chemin de son appartement, avec toujours ce sourire aux lèvres. Elle n'arrivait pas à se défaire de cette sensation de chaleur que cet inconnu lui avait transmise.

Report this text