Chapitre 8 - Deux idiots valent mieux qu'un

Julien Barré

Cela faisait plusieurs heures maintenant que Nellis s'acharnait à contacter Mú, mais rien à faire, son troisième œil refusait de s'ouvrir.

─ Il leur est sûrement arrivé quelque chose.

Quo, perchée sur sa branche, tâchait de son côté de les sortir de ce pétrin. Des lustres, semblait-il, que la démone et elle tournaient en rond dans ce labyrinthe végétal doué de conscience qui les égarait volontairement en agissant sur leurs sens.

Quo se laissa chuter de quinze mètres pour retomber sur ses pieds.

─ Rien à faire. La trace de Jilam se déplace sans arrêt, comme s'il se téléportait.

─ Tu as marqué Jilam ?!

La sorcière demeurait sur ses gardes en compagnie de la démone, familière de la duperie de ces êtres.

─ Lors de notre première rencontre, expliqua calmement Quo. Quand un démon imprègne une proie, celle-ci pourrait s'exiler à l'autre bout du monde qu'il la retrouverait.

─ Je sais tout ça, trancha la sorcière. Je constate juste que tu m'es totalement inutile.

La démone lui accorda un sourire qui ne fit que chauffer davantage ses nerfs.

─ Mieux vaut ne pas traîner seule dans ces bois.

Nellis serra les dents tout en détaillant le sous-bois, immergé dans une atmosphère lugubre. Des frissons lui parcouraient le dos sous la sensation de regards les épiant de toute part.

─ Je ne comprends rien. Nous avons pourtant déposé une offrande.

─ Certains esprits sont particulièrement vicieux.

─ Et tu sais de quoi tu parles.

Au regard mauvais que lui réservait la sorcière depuis le début de leur péripétie, Quo répondit par un soupir de lassitude et alla s'asseoir sur une pierre au coussin mousseux reflétant sa chevelure.

─ Combien de fois il faudra me répéter ? Je ne suis pas ton ennemie.

─ Tu nous as conduit ici. Tu devais bien te douter de ce qui nous attendait.

─ Je n'ai jamais parlé d'une mission sans danger, protesta la démone, les bras en croix. Il est vrai que je connaissais la nature malfamée de ces bois, mais jamais je ne vous y aurais emmenés sans ignorer le degré du danger.

─ Tu gaspilles ta salive. Je ne suis pas née de la dernière pluie.

Les cheveux mousse se hérissèrent sur le crâne de Quo qui paraissait sculpté dans le charbon. La sorcière se tendit. À tout moment elle prévoyait une trahison. Aussi resta-t-elle coite en observant les signes d'exaspération de la démone disparaître.

─ Écoute, déclara Quo, paupière close sur son rocher tel un prêtre méditant. Toi et moi arpentons le même chemin. Tu désires retrouver Jilam et Mú, et aussi étrange que cela puisse te paraître, c'est aussi mon souhait. Qu'importe ton pouvoir, seule, tu n'as aucune chance. Je répétais souvent à mon ami Mal que deux idiots valent mieux qu'un génie. Il ne m'écoutait jamais. Résultat, aujourd'hui, il n'est plus de ce monde.

─ Pourquoi ? Pourquoi tiens-tu à retrouver Jilam ?

─ Tu as raison sur un point : c'est ma faute si vous êtes ici. Et aussi ton compagnon a eu la bonté de veiller la fin de mon ami. C'est le moindre que je puisse faire pour le remercier.

Sur ces mots, son unique œil s'ouvrit. Nellis remarqua alors la surface luisante de la pupille émeraude. Il fallait néanmoins plus que quelques larmes pour fendre l'esprit de fer de la sorcière, qui n'en décida pas moins de supporter la présence de la démone jusqu'aux retrouvailles.

Elle n'osait l'admettre devant Quo, mais son ventre la faisait atrocement souffrir, sous l'effet des nœuds qui en prime bloquaient sa respiration. Cette sensation l'accompagnait à chaque fois que Jilam bataillait avec les ennuis, et à chaque fois elle se jurait qu'une fois réunis, elle le garderait dès lors enchaîné dans leur tanière, histoire de ne plus avoir à supporter une telle douleur.

Cette fois, c'est la bonne.

Le duo forcé, en dépit des animosités mises de côté, ne s'en trouva pas plus avancé. L'esprit du bois s'entêtait à jouer avec eux sans leur laisser une seule chance de gagner.

─ Raaah ! Je vais te ratiboiser le tout à coup de brasier ! finit par s'emporter la tornade Nellis, que Quo s'empressa d'apaiser.

─ Charmante idée ! J'ai toujours rêvé de finir en petit tas de cendres.

─ Au moins, dans un champ de cendres, on y voit clair, fulmina la sorcière.

─ Par les esprits des tréfonds ! souffla bruyamment la démone. Comment Jilam arrive à te supporter ? Qu'un être aussi fragile ne soit pas simplement mort d'épuisement dépasse ma logique. À ce niveau-là, tu pourrais rivaliser avec une démonifée.

─ Dis-moi, ton œil, est-ce qu'il te fait mal ? cracha-t-elle au visage borgne.

─ Cela dépend des jours. Certains sont plus supportable que d'autres.

─ Tant mieux !

Épuisée par ses crampes abdominales et le souffle court, Nellis se posa dans le creux d'une souche et se mit à fouiller sa sacoche dont elle sortit une fiole qu'elle but d'une traite. Une vague incandescente déferla en elle, balayant la douleur et apaisant ses deux cœurs.

─ Ça va mieux ? s'enquit Quo.

─ Es-tu seulement capable de ne pas parler plus d'une heure ? soupira la sorcière, sentant la lassitude remuer sous la couverture de soie entretenue par les racines de courge-fée macérées dans le miel de libellule. Diable ! Je n'ai jamais rencontré un immortel aussi pressé.

Elle sursauta en entendant le rire de Quo, dont les échos lui illustraient une cornemuse percée.

─ Mal me le reprochait sans arrêt. Il me disait que j'étais plus fatiguant qu'un mandric au lever du soleil.

L'œil de chouette de la sorcière nota cependant les tics de tristesse accompagnant le souvenir.

─ Vous étiez très proches, on dirait.

─ Aussi proche que deux âmes peuvent l'être, soutint la démone sans relever le ton adouci de son interlocutrice. Depuis l'instant où nous avons émergé du ventre de la terre et que nos yeux ont touché la lumière du jour, nous ne nous sommes plus quittés. Nous avons appris à chasser ensemble... Je me souviens de notre première liqueur. Du vrai vinaigre... Toutes ces nuits passées au clair de lune, à tisser l'avenir dans les étoiles. Nous rêvions de nous transformer en fées.

Nellis se surprit à laisser échapper un pouffement.

─ Ne ris pas, protesta Quo, le malaise feint écarté par un air réjoui. C'était notre rêve, de pouvoir voler. Nous étions à la fois émerveillés et désespérés à l'idée d'explorer les mondes au-delà du grand dôme.

─ Songes d'enfant que tout ça, déclara la sorcière, le nez pointé vers la frondaison des arbres, tâchant en vain d'y apercevoir un morceau de ciel.

─ Toi-même tu l'as été, souffla d'un timbre doux la démone. Tu devais bien avoir un rêve ?

Nellis marqua un silence lugubre.

─ J'ai oublié.

Le rappel de son amnésie s'accompagnait toujours d'un nuage sinistre. Quo le nota et, une fois n'était pas coutume, se tut. Autour d'elles, les ombres, servantes de la reine de nuit, investissaient la forêt.

La sorcière et la démone installèrent un campement rudimentaire. Elles mangèrent du léporursidé agrémenté de miel de libellule et d'une liqueur de baies rosax apportée par Quo. Malgré la fatigue, Nellis n'osait fermer l'œil.

─ Je veillerai au grain, la rassura la démone borgne.

Mais la sorcière n'en était pas rendue au stade de lui accorder une confiance aveugle.

La nuit s'écoulant, à mesure que la liqueur remplaçait la potion, une discussion débuta.

─ Tu dois avoir du mal à te faire tes amis, à être toujours sur tes gardes.

─ J'ai des amis, se vexa Nellis. Enfin j'en ai une, avoua-t-elle dans un murmure.

─ Parfois, cela suffit, affirma Quo sous un sourire affectueux.

 

Nellis se réveilla en sursaut, une main noire secouant son épaule. Telle une sauterelle elle bondit sur ses pieds. Mais Quo ne la regardait pas. La démone fixait la nuit, infestée d'ombres mouvantes.

─ Qu'est-ce que...

Avant qu'elle ait achevé sa pensée, une pique surgit en direction de la sorcière qui s'écarta de justesse dans un ultime réflexe. Tout autour d'eux une armée de branches hérissées de pointes s'agitaient en un fol ballet.

─ Il passe à l'attaque, observa Quo malgré l'évidence.

Le vent se mit à souffler tandis que les arbres s'animaient, leurs ramures pareilles à des tentacules. Des essaims de feuilles aussi tranchantes que des rasoirs fusaient de toute part. L'instinct surdéveloppé de la démone lui permettait de tout esquiver en dépit de son œil aveugle. Nellis, de son côté, créa autour d'elle une barrière infranchissable.

Elles virent alors la canopée se refermer sur elles telle une mâchoire monstrueuse.

Un feu s'éveilla dans l'esprit de la sorcière. Il embrasa ses deux cœurs et son ventre, puis se changea en coulée de lave qui descendit le long de ses jambes jusqu'à s'immiscer dans le sol, duquel émergea un tourbillon de flammes. Nourri par un souffle titanesque, le vortex grandit jusqu'à devenir une tornade dont la colonne vermillon dépassait la couronne des arbres. Branches vivantes et nuées de feuilles se consumèrent. Dans la bise s'entendait un cri perçant que le grondement du volcan ne tarda pas à étrangler.

Un soleil s'alluma dans le ciel, masquant la lune et les étoiles. L'astre explosa soudain en une pluie incandescente. Sur une lieue à la ronde, le bois brûlait, animaux et plantes dévorés par le monstre brasier ou suffoqués par son haleine noire. L'incendie exila la nuit.

Nellis se tenait au centre du maëlstrom, à l'abri de sa bulle en compagnie de Quo. L'œil rescapé de la démone jurait de sortir de son orbite devant le théâtre de destruction.

Les forces de la sorcière fondaient à l'image du monde au-delà de la bulle protectrice, avalée par une gueule infernale. Son corps bouillonnant menaçait de s'embraser à tout instant. Mais elle tint bon, jusqu'à ce que l'enfer retourne aux tréfonds. Alors la reine de nuit abattit son poing sur les yeux de Nellis.

Nellis se réveilla au cœur d'un empire mort. Quo veillait son chevet, les traits abattus.

─ J'ai vu des choses qui dépassent l'entendement, mais jamais rien de tel.

Une note de peur se reflétait dans sa voix, rapidement effacée par la gratitude.

─ Tu m'as sauvée. J'ai une dette envers toi à présent.

─ Je t'ai crevée l'œil. Nous sommes quittes, grogna la sorcière qui avait la sensation d'un corps en plombs.

Fouillant sa sacoche, elle pesta en constatant qu'elle n'avait pas amené d'autre potion de seconde vie. Quo lui tendit sa gourde de liqueur.

─ Il en reste un peu. C'est mieux que rien.

La démone affichait à nouveau son sourire, que la sorcière, à son grand étonnement, accueillit avec soulagement.

─ Combien de temps j'ai dormi ?

─ Le seigneur du midi s'en est allé depuis longtemps.

Jilam !

Nellis voulut se lever. Grave erreur qui faillit lui valoir une mauvaise chute sans l'intervention prompte de Quo.

Son regard tourbillonnant essaimé d'étincelles balaya les environs où, la veille, se dressait une forêt dense. Aux pieds des collines de cendres se distinguaient ça et là, maigres vestiges, des souches de charbon et des scories de lave durcie.

─ Tu n'y es vraiment pas allée de main morte, commenta la démone aux cheveux mousse légèrement roussis.

Nellis émit un grognement rauque en réponse.

─ Il faut partir. Le temps presse, dit-elle en se relevant, cette fois avec précaution.

Elle sentait. Jilam était en danger.

─ Oh oh ! Pas si vite. Tu tiens à peine debout. Repose-toi. Tu ne me sers à rien dans cet état et je n'ai pas envie de me traîner un poids mort.

─ Ose le répéter et tu verras qui est le poids mort, adressa-t-elle, l'humeur affreuse, à la silhouette ondulante de Quo.

─ Nom d'un mandric ! Quelle plaie !

Il suffit à la démone une pichenette pour contraindre la sorcière à se rasseoir. Respirant un air tiède vicié de cendre, Nellis enfonça la tête dans ses bras afin de cacher ses larmes, incapable de les retenir.

─ J'aurais dû t'arracher la tête ce jour-là, asséna-t-elle à Quo, la voix étouffée par ses sanglots retenus.

Sans s'émouvoir une once, la démone dressa son unique orbite en direction du ciel, gris de fumée.

─ Tu sais, je te sais gré pour cet œil. Je vois plus clair depuis que tu m'en as débarrassée.

Report this text