Chemins perlés de soleil

Yannick Bériault

D'abord publié sur lesensdutemps.tumblr.com

       ...les chemins forment dès lors un réseau sans fin ; les emprunter, même désaffectés, c'est communier de cette ouverture circulante... la juste balance de flot solaire, perlant aux bords du moindre sentier, en ce juste et glorieux jour...  Qui saurait en mesurer l'équilibre, ou en nier l'entrain ?  Les chemins tirent leur vie du soleil en ses variances comme des désirs en train qui les traversent, de leurs accrocs et des charmes à leurs franges.

       Brodés de couleurs, je préfère les chemins peu empruntés, à fleurs et à ronces, à fruits gorgés d'entrains mûris.  Aujourd'hui c'étaient les framboises d'un rouge carmin, tirant parfois sur le violet d'une échimose, c'était l'orgie des fleurs et des insectes innombrables en leurs espèces et mystères formels, couvés par l'été, relâchés tous ensemble en son pinacle.  Aujourd'hui, c'était l'entrain canin que l'on émulait à rires sonores, c'étaient les joutes d'équilibre sur les rails mangés de rouille, les sourires, les confidences qui révèlent et qui masquent des vérités d'opérette, les couleurs qui strient l'espace et laissent à l'avance des marques véloces dans la nuit qui viendra sur nos mémoires en marche.  Aujourd'hui, jour éternel scintillant des murmures de la mer, qui avale au final tous les chemins réellement désirants, et les deux nôtres, rassemblés un temps court et vif...

Report this text