Cieux bleus.

Marcel Alalof

Souvenir.

Il y a longtemps: je traverse la rue Gay-Lussac,pour rejoindre le jardin du Luxembourg qui m'amènera à la Fac de Droit.L'herbe est verte,le ciel est bleu.Je suis rasé,cravaté.C'est l'oral de droit des assurances.

Venir à la fac le matin,est un peu nouveau pour moi,car,dès la première année,je n'ai jamais vraiment fait acte de présence..Je venais deux fois par semaine ,le soir,pour les travaux dirigés des étudiants salariés.Je suis troublé au souvenir de ces trois années passées à apprendre.

Je monte le grand escalier qui mène à la salle où va se dérouler l'épreuve.Je croise un petit groupe de jolies étudiantes,croit reconnaître Claudie avec qui je sortais trois ans plus tôt,qui,de temps en temps,occupe mes pensées.Ie souvenir est agréable parce que nous ne sommes pas sortis assez longtemps ensemble pour connaître nos défauts.Je me souviens qu'elle a changé d'orientation à la fin de la première année et que non,ce n'est pas elle.

Je suis interrogé par M.le professeur Besson,le « Pape » de la discipline,pendant une dizaine de minutes. Je m'aperçois,grâce à lui,que le droit des assurances est intéressant.

L'épreuve s'est bien passée,je suis heureux de traverser à l'inverse le jardin du Luxembourg,vers la rue Soufflot.La journée est radieuse ;quand je regarde le ciel,j'ai l'impression d'avoir les yeux bleus.Je suis bien! Je traverse la rue Gay-Lussac,sur le passage clouté en face du café »Le Gay-Lussac ».Je sens qu'on me regarde.Je vois Claudie,assise en terrasse,qui m'observe.

Report this text