C.Q.F.D. #? - Dimitri et Quentin

Jay M Tea

Hors intrigue... Un portrait de deux amants.

Quand Dimitri pose ses yeux sur Quentin, il le rend précieux au féminin, l'appréhende comme une fleur rare et délicate qui s'épanouit bon gré mal gré sous les courbes souples et charnelles de sa silhouette furtive et puissante. Et Quentin lui rend sa bienveillance quand il s'étire, assis en tailleur, les pieds nus contre le cuir frais du fauteuil de la chambre, s'offre en un spectacle attendrissant de sensualité ; sa façon à lui de lui dire qu'il se sent à l'abri.


Ils sont félins, un rien peinards et passent la plupart de la nuit à parler de tout et de rien. En tête-à-tête, c'est établi, ils ont chacun leur posture : Dimitri déblatère avec conviction sur les folies de la vie en ville et la nostalgie d'une simplicité, du bon sens qui fascine l'urbanisme inné de Quentin. Ce sont de bons soldats au repos, repus de bières nocturnes, cernés par l'entente sincère et timide d'une complicité qui n'a de cesse de naître. Ils s'effleurent, s'apprennent et se devinent. Ils entretiennent un pacte muet de respect.


Dimitri est en revanche celui des deux qui semble faire de son mieux pour aider l'autre à sortir de lui-même, pour attiser des pics de spontanéité, des traits d'humour dont le manque de second degré de Quentin s'offusque. Il est vif et agile de corps et d'âme qu'il s'efforce de garder hors de l'eau. Il laisse échapper des failles à travers son langage corporel que Dimitri se permet de contenir et de rassurer dans ses bras frêles. Ces deux-là font la paire. Ils n'en pensent pas moins et n'en disent pas plus. Ils s'aiment.

Report this text