Déjà vu.

Claire Laok

Où est la fin de la douleur? Qui sera là pour me sauver, cette fois. J'ai l'impression de m'enfoncer dans de vieilles habitudes. Des scènes de déjà vu.
C'est comme si je crevais à chaque inspiration. C'est comme si la terre sous mes pieds grondait. Les nuits sont faites d'eau et de feu. Ce feu qui embrase ma colère. Ce goût amer qui pourri dans ma bouche. C'est comme si je ne pouvais connaître rien d'autre que cette frustration. Je ne ressens que cette envie de gémir et de hurler de douleur comme l'animal que je suis réellement. Je voudrais me taire à jamais, ne plus rien entendre. Faire place nette au silence. Je voudrais avoir le dont d'invisibilité, disparaître. J'aimerais avoir la force d'envoyer des appels aux secours mais j'ai bien trop de fierté pour ça. Pour avouer que rien ne va. Qu'au plus loin de mes souvenirs rien n'a jamais été. J'aimerais vous avouer que je chavire depuis toujours au dessus des océans de solitude les plus profonds et que mon radeau qui part en lambeaux menace de couler pour de bon. Mais ce secret est bien trop vieux pour être mis à jour. J'aimerais pouvoir mettre des mots sur les seules émotions que je ne sache ressentir. J'aimerais vous dire à quel point je me retrouve perplexe en observant cette étrangère qui occupe mon corps. J'aimerais vous dire à quel point je la hais d'avoir toujours l'espoir que tout ira bien. Comme si tout pouvait s'arranger. Comme s'il existait une fin à ma solitude. Elle est si naïve et stupide. Trop jeune pour comprendre qu'une âme aussi malade et vieille que la mienne ne se soignera jamais.

  • bravo pour ta colère et l'art de l'exprimer. Bravo d'abandonner ta solitude en venant la raconter et au détour d'un mot rencontrer une autre âme, un autre cœur, qui souffre aussi.

    · Ago over 3 years ·
    Bbjeune021redimensionne

    elisabetha

Report this text