Des Mots

Véronique Locart

Quand veux-tu que l’on se voit afin que je te rende tes affaires ?

Sache que nous devrons nous revoir en tant que célibataires, adultes et consentants. Il n’y aura aucun moyen de retour en arrière. Ma décision est prise. Tu dois l’accepter.

Rappelle-moi afin de me confirmer l’heure et le lieu du rendez-vous.

Je verrais bien le troquet dans lequel nous avons ris à gorge déployée, lorsque nous nous sommes rencontrés, celui dans lequel nous avons échangé notre premier câlin, quand tu m’as dit « je t’aime ». Ce serait le bar de notre premier rendez-vous, ainsi que celui de notre dernier rendez-vous. Je suis morte de rire à cette idée.

Tu es énervé, voire vert de colère, à la lecture de cet e-mail, j’en suis certaine. Tu avais encore de l’espoir, que nous deux, nous arriverions à franchir cette nouvelle crise. Je ne peux plus te supporter dans cet esprit. Tu ne te remue que quand ça va mal.

Tu arrivais si bien à me culpabiliser ! Aujourd’hui, je ne suis plus du tout désolée de t’avoir quitté.

Je respire enfin ! Je suis, à nouveau, moi-même sans toi.

Je t’embrasse.

PS : Ne met pas tes lunettes de soleil, non seulement ce n’est pas de saison, de plus, c’est un style beau gosse qui ne te convient pas. Et puis … arrête de fumer à ce rythme-là ! Tes poumons, ta santé et ton argent partent en fumée. Ce n’est pas glamour pour draguer.

Report this text