Dieu et les fourmis

Caïn Bates

       "Comme moi avec la grosse fourmilière du jardin, j'ai passé des jours entiers à regarder les fourmis, et essayer de faire la différence entre les bonnes et les mauvaises, mais tout ce que je voyais c'était des insectes. Alors j'ai commencé à les punir. Je les ai punies avec le tuyau d'arrosage, avec de l'essence, avec la tondeuse à gazon, et pour être tout à fait honnête j'ai perdu les pédales avec la grosse pelle. Et si ça se trouve les fourmis priaient pour moi tout le temps, et j'entendais rien. Quoiqu'elles fassent elles étaient impuissantes. Je crois que c'est pareil pour nous, on ne peut rien changer à ce qui nous attend, alors pourquoi se prendre la tête. Et je me sens vachement mieux maintenant. Je crois que tout ce qu'on peut faire, c'est vivre en étant le plus gentil possible. Et en essayant de ne pas attirer l'attention de Dieu et de sa grosse pelle. Au revoir."

  • Cela me rappel Dewey dans Malcolm... Je me comprends. En tous cas cela donne à réfléchir... Et non, certains gosses n'ont jamais fait de mal aux fourmis !

    · Il y a 7 jours ·
    34cf88ab

    Blackat

    • Je suis dans ce cas aussi, je n'ai jamais fait de mal à un animal (du moins pas volontairement).

      · Il y a 7 jours ·
      Thmwgjnrs4

      Caïn Bates

    • :)

      · Il y a 7 jours ·
      34cf88ab

      Blackat

  • Quel gosse n’a pas torturé une fourmilière de son bâton… Qui ? Qui ? Qui ? Un môme citadin, cloîtré dans son 2 pièces pendant 18 ans, d’accord ! Mais les autres, la grande majorité, tous, quoi ! Après le bâton, ça dégénère, huile bouillante, pétard puis la vieille grenade de papy sur la cheminée. En bref, c’est normal ! On est tous normaux, malades, mais normaux !

    · Il y a 9 jours ·
    Photo rv livre

    Hervé Lénervé

Signaler ce texte