Dis, m'aimeras tu toujours ?

Isabelle Polle

 Dans le malheur et l'au-delà ?

Meme lorsque tu vieilleras

Me chercheras tu réincarné ?

Comme un talentueux poète

que la Vie a aviné pour m'oublier

que l'amour a assassiné

n'en laissant que des miettes

Autant que je t'ai cherché

Comme la quete du Saint Graal ?

Au delà de tout, du moche, du mal

des médiocres ou du sale

comme Jésus sur la Croix

demandant, désespéré, à Dieu

s'il croit encore en Toi

s'Il n'a pas déserté les lieux

comme l'Amour dans ma Vie

comme l'Amour de ma Vie

Soudain, LA Vie par temps de pluie

un peu comme si Dieu m'avait bénit

comme l'Amour que l'on poursuit

jour après noire nuit, toute sa Vie

pour l'Amour que l'on construit

nuit après jour de soleil, pour la Vie

Seras tu la souffrance du souvenir

après la foi dans notre avenir

L'arc en ciel qui sèche les larmes

de Dieu, d'un drame, d'une femme

seras tu, de ma Vie, l'Amour

après m'être brisé mille fois

seras tu, de ma Vie, l'Amour

qui jamais ne me brisera

pour t'aimer comme jamais au matin

comme si c'était la dernière fois

comme une nécessité, un absolu

un élan, une force brute, un besoin

parce que, sans, je n'ai pas survécu

je ne peux survivre qu'avec toujours

meme si souvent la Vie fracasse l'Amour

Etre la femme d'un seul homme

de ma Vie, l'unique Amour

devenir comme impératrice à Rome

sans regret, remord ou surtout retour

confiante, invincible, éternelle

après avoir été la femme de celles

de rien, de tous ou de personne

après avoir été pour moitié à Mauthausen

de regrets en désillusions, toute à rebours

d'une Vie perdue de ne trouver l'Amour

fragile, vulnérable, mortellement blessée

pour mettre mon ame dans ton baiser

à n'en pouvoir jamais te remplacer

Le besoin vital en te serrant

comme si je perdais notre enfant

Le printemps qu'on attend plus

après y avoir trop ou pas assez cru

ou s'être longtemps perdu

celui qui éclaire le regard

de tous les amoureux

celui qui rend les hasards,

la Vie belle; qui rend heureux

Simplement belle dans l'Amour

Comme Dieu les bénit toujours

Comme se lève le jour

Dis m'aimeras tu toujours ?



  • Il en faut du courage pour écrire ainsi sur l'amour... Je pense chaque jour à ces vers de Victor Hugo : « Être aimé ! sous ce ciel bleu - moins souvent que noir -
    Je ne sais que cela qui vaille un peu la peine
    De mêler son visage à la laideur humaine,
    Et de vivre. Ah ! pour ceux dont le coeur bat, pour ceux
    Qui sentent un regard quelconque aller vers eux,
    Pour ceux-là seulement, Dieu vit, et le jour brille ! » Merci Isabelle pour ce texte magnifique.

    · Il y a 7 mois ·
    3835 1154541268121 6208533 n

    Julien Darowski

    • Merci Julien. Mais je n'ai pas écrit que sur l'amour loin de là : sur le mal logement, sur la paix, sur le nucléaire, sur la foi, sur une raison quelconque de vivre etc ... Je n'ai pas la prétention de me prendre pour le président de la République et traiter de sujets tels que le conflit israelo paslestinien. Au nom de quoi le ferais je d'ailleurs ? Je préfère traiter de sujets qui font la vie de tous et de tous les jours.

      · Il y a 7 mois ·
      Welovewords

      Isabelle Polle

    • "Ma vie quotidienne est ma religion" (Gibran)

      · Il y a 7 mois ·
      Welovewords

      Isabelle Polle

    • Rien n'est plus difficile que de parler d'amour en réalité... Cela demande de livrer le plus intime de ce que l'on est et ressent. Ceci dit, j'irai découvrir avec plaisir vos autres textes. Bien à vous.

      · Il y a 7 mois ·
      3835 1154541268121 6208533 n

      Julien Darowski

Signaler ce texte