Douce Nuit, emporte-moi dans l'obscurité !

yaroslavschultze

Texte assez morose et cynique, je vous prie de ne pas le lire si vous voulez pas passer votre soirée à déprimer.

Qu'importent nos tentatives de tuer le jour ?
Quand la Nuit solitaire s'assied sur le trône,
J'arrache mon cœur intoxiqué du syndrome
Du cafard désastreux qu'ont semé les vautours.
Ah ! oiseaux dépressifs ! Allons tuer le jour !

Encore achevé par les songes misanthropes,
Je m'écroule sur le sol boueux et caustique.
Le nerveux rire embrase ma cage thoracique :
Ah ! nécrophiles oiseaux ! C'est un jour de trop
Qui s'écoule au fond de mes veines misanthropes.

La douce Nuit m'observe de son œil lunaire,
Quand le petit matin, d'apparence clémente,
Injecte imperceptiblement cette tourmente
Dans mon sang infesté par les idées mortuaires.
Je m'oublie sous le tas de pourriture lunaire.

Mes songes noirs se cachent dans l'obscurité :
Au fond d'un trou lugubre mes os moisiront
Pendant que les poètes écriront les chansons
Sur l'illusoire beauté de la vie putréfiée.
Douce Nuit, emporte-moi dans l'obscurité !

Signaler ce texte