Eve, fille perdue

Joelle Eymery



Pauvre Eve, fille perdue,

Toi dont la faute est venue

Alors que tu vivais toute nue,

Tranquille, sur une terre inconnue,

Avec ton bel Adam feuillu 

Si plein de vertus.

 

Il paraît que pour un fruit défendu,

Tu te laissas griser par un individu,

Maître Serpent langue fourchue.

Quelle ne fut ta déconvenue,

Dans quel merdier t'es-tu foutue,

Ah ! Si tu avais su !

 

Alors, tu traînes dans les rues,

Le paradis ne trouves plus,

Ce n'est pas comme au début,

Toujours plane ce malentendu,

Pour une pomme, qui l'eût cru ?

Tous les pépins sont répandus.

 

... Depuis ... C'est l'enfer !

 (Joëlle Eymery -2014) 

                                    

(Toute ressemblance avec des lieux, des personnages et des situations existant ou ayant existé seraient pure coïncidence ou fruit d'une lecture fautive)

Report this text