Fatigue

mesnil-au-pain

Sur la route


Au milieu de la nuit sur la route qui nous emporte

Parmi les voitures qui oscillent de fatigue

Les lignes s'évanouissent, fragiles guides

Sous les roues harassées qui se déportent.


Faut-il ces journées dans lesquelles on s'épuise

Se demandant du matin au crépuscule

Qui de soi ou de cette boule est le pendule

A rêver d'un moyeu qui l'eau puise


Dans son mouvement riche du sens

Qui fait défaut à celui de ce volant

Immobile ou presque aussi lent

Bientôt mélange l'herbe à l'essence.


Report this text