" folle" disent-ils.

compteclos

Ils sont là,

Toujours tapis dans mon esprit,


Ils sont las,

D'être toujours surpris,


Par mes neurones en ébullition,

Sur ce parquet qui flanche,


C'est une jolie destruction,

Que de voir mes pensées qui tanguent,


Ils sont toujours présent,

Ils dansent sur mon ombre,


Ils ne sont jamais perdants,

Et sont ce que les gens nommeraient de «  sombre »,


Mais je n'écoute jamais les gens et leurs jugements,

Je n'aime que leur sentence,


Irrévocables accents,

Sur mon prénom en absence,


Je me laisse tomber,

Je me laisse sombrer,


Dans cette décadence inavouée,

De cette supercherie tatouée,


De mon âme en lambeaux,

De leur fausse manœuvre,


à mon cou, ce couteau,

J'ai tout préparé, tout mis en œuvre,


Ce délicieux carnage,

Pour me détruire l'existence,


Ce délicieux breuvage,

Qu'est mon sang en guise de présence,


«  Folle » disent-ils,

Je ne suis pas plus dérangée qu'eux,


«  Suicidaire » disent-ils,

Dans ma tête, nous sommes plus que deux.

Report this text