HOLLY: DRIVE MACBETH

Philippe Larue

Le Trendetenburg, un mot d'ailes et je me transformais en Pink Floyd, prêt à m'envoler. Non que j'étais Duluxe à la recherche du temps perdu auprès de ma Valentine, ni une orchidée, mais les nuances de violettes de ma peau étaient dûes au pas sage Bach Terry. 

Pas en corps aubergine basquaise, une noctambule soirée avait déclenché l'irrésistible envie de biker cépages de menus hospitaliers. J'avais commencé une collection afin d'en répertorier l'illogique nutritionnel. Heureusement pour moi, je souhaitais guérir rapidement et le choix végétarien était primordial. 

Exit la viande, sauf que le poisson y était servi à contre-coeur. L'homologation de débuter un nouveau livre était approuvée par la potence des pendus d'autrefois. Ce matin, après les nombreuses visites institutionnelles des médecins, la nutritionniste était entrée dans la chambre, pavillon fleuri de Bach des médecines internes. Après les recommandations  d'une nourriture "équilibrée", la viande m'était conseillée, au détriment des souffrances animales. 

L'association L214 commençait à faire parler d'elle. Étant végétarien depuis plus de trente ans, l'essai d'une autre  conviction nutritionnelle, était hors-jeux. 

Report this text