HUMER L'HUMOUR (bonnes vacs' )

gun-giant

Nous serions (peut-être irrémédiablement) toujours plus captifs de nos concepts? Nos idéologies nous auraient ingurgité(e)s et absorbé(e)s? Nous serions toujours plus en pleine régression toute? Tous les savoirs anthropologiques (les méthodes qui valent pour une civilisation demeurent, paritairement, isotropiques !) soulignent, abondamment, que "le mythe a une apparence d'extériorité objective. C'est pourquoi la question du changement et du rôle important qu'y joue l'activité créatrice se trouve reléguée à l'arrière plan. On tend aussi inévitablement à privilégier le cadre de référence de l'observateur plutôt que celui de l'acteur." (p. 69 Jack GOODY, "La raison graphique" - La domestication de la pensée sauvage, 1977, rééd. 2002) Nous sommes en plein dedans: civilisation du fatum et du despotisme oriental que l'occidentale ? Le tout absolument figé dans une déréliction ricanante de la majorité des visages balafrés de mauvaises fois et volontés ? Et tout cas, depuis quelques temps, dans tous les milieux des gauches et extrêmes- gauches, nous avons cherché des progressistes? Résultats des (non) courses (y'en a plus!) très alarmants ! Chiffre en chute non libre. Les rares rescapé-e-s se situent loin de l'orbe (empoisonnée ?) des médias. Hé ho où se trouve l'hhhumourrr, trépignez-vous (du moins, certains c'est certain !) ? Justement nous y arrivons…De prime (houlala !) abord, "Le nom de la rose" nous a enseigné que les pouvoirs finissants se montrent très blessables par le ridicule "de haut niveau" ? Pas le bas caniveau des piques mesquines ! Or, dans la chaîne finances-politiques-médias quel est le segment qui n'a jamais subi de sérieux assauts frontaux – sinon les médias tics? Dans notre contextualisation, ne se dévoilent-ils pas comme d'extrêmes arriérés? Où se trouvent les concentré(e)s de ploucs et de ringard-e-s ? Ben dans les

télés !!! 

Pourquoi prendre des gants avec qui cherche à entraîner l'humanité dans un suicide civilisationnel sans motif valable ? Cette rubrique "à suivre" – humer l'humour !!! veillera à n'attaquez que les plus forts, que les pouvoirs virulents, et les chouchouraveurs des médias – ce que ne font plus les gauches et extrêmes- gauches, en leurs versions conformistes…Ne les voyons-nous pas "tirer contre leur camp", en relayant par trop ce qui est déjà, largement, surmédiatisé. Et, symétriquement, délaisser, aussi abondamment, les vrai(e)s progressistes – pour le bien commun, demeurant, ainsi, TROP confidentiels? Vous pourrez dire ce que voudrez, user de vos minables rengaines usées d'intimidations & co – les anomalies des soutiens massifs des gauches et extrêmes- gauches (version conformiste: donc "jamais à gauche" ?) aux desiderata des droites et médias dominants nous semblent extrêmement suspectes…

Comme vous le voyez déjà, nous ne prêcher(ons)-té-té que des non convertis-sables…Toute première attaquine …!!!***

(…) Compétition cum avec, qui participe de, pétition, la plainte, la râlerie sempiternelle, le bal des pleureuses, les gémissements ou les doléances que vous destinez à qui ? Ne serait-ce une transcendance, un arbitre extérieur qui ne participe pas à la mêlée : bref l'aveu d'un échec complet pour qui bramait le triomphe du tout immanence, la résolution complète par l'horizontalité de tout le monde également informé, la démocratie du juste plus de transcendance. Nous voilà, tout vautrés dans la magie régressive "de la main invisible" qui sait tout, qui ordonne tout. Bref le fiasco total de cette immanence par son plus beau fleuron, la concurrence. Compétition met en miette le fonctionnement même de la compétition. Il n'y a nulle main invisible que les mains sales de la malhonnêteté, incapables de se débrouiller elles-mêmes, mais toujours prêtes à s'élancer vers un grand extérieur, une forte transcendance qui doit, sans cesse, réparer les dégâts causés par l'inextricable mêlée, l'indénouable écheveau, le chaos insoluble appelé compétition. Ce malheur flagrant de l'économie capitaliste (de se profiler compétitif), le comble du chamboulement et du désordre, ou bien le comble du tout inefficace, qui, partout, provoque des catastrophes dominos, sert de pub pour sa dissolution. Désormais, qui dira com-pétition, appelera pétitions à remettre à qui? Quel est le "bras bien visible" nécessaire pour que continue/ ne continue pas cette compétition ? L'essence de la compétition apparaissant bien comme la recherche frénétique de trouver l'arbitre qui mettra fin à la compétition. Comme le plus stupide des animaux courant après sa propre queue. La compétition se dénudant comme l'activité la plus ahurie et ridicule de toutes. Ainsi, le gémissement continu recelé, les pleurs maillant la tâche, la renonciation à toute volonté, voire virilité, par qui prenait l'attitude la plus triomphante – ne manque pas de recevoir le premier prix de tous les "contrastes". Il/elle ne cherchait qu'à se cacher dans un giron protecteur. Hou le vilain pas beau! La nouille grenouille s'auto-zoomant hihihi petite souris etc. Le burlesque qui tue: la si "sérieuse" compétition est ce qui, globalement, veut juste s'auto-supprimer. S'autoeffacer. Se gommer, s'enlever, se gratter. Bref, s'auto-ôter. A chaque étape et à chaque seconde du processus, vouloir devenir son inverse. Vous vous rendez compte l'explosif cas métaphysique que causerait la "compétition" s'il demeurait une théologie: un étant qui veut son néant tout en étant tant. Tant tentant et tant et tant, nous dîmes ? De quoi imploser tous les dogmes !!! Genre si l'été n'a jamais été, comment osez-vous nous dire que nous sommes "en été". Que notre participe est passé au présent. Si l'été est état, c'est que l'ontologie n'a, institutionnellement, commencée nulle part. Comment, alors, dénouer les nœuds borroméens de Lacan ? Surtout oulalal, lalaloullalal, surtout ne parlez "pas" de compétition. La grosse compét pour "faire oublier" la compét. Boumbadaboum. Big pet, murmurent-ils en Californie !

Com-pétition: le mot-mèche d'implosion ? L'existentiel se couplerait à l'essence ?  Et rien ne précèderait mais, au-dessus (pas au contraire - à contrer !), tout procéderait….de…Vous demandiez un arbitre (réceptacle, urne à votes etc.) des pétitions: ne vous seriez-vous pas fait refiler l'arbitraire. Donc l'arbitraire est un arbitre, mais le miroir du miroir, qui arbitre les arbitres, et qui arbitre l'arbitre qui...et qui…? Depuis que les ors des monuments s'écaillent qui se mouronnait de capter que la hiér-archie forme figure carrément forclose dans un passé devenu inaccessible. Du hiératique hiéros , l'archkos archétypique de la "force" se prend les pieds dans les tapis rouges (quelle bizarre idée de foutre des tapis sur les trottinants trottoirs !!!). Quelle est donc cette auto-ritée d'elle même, qui fait ses propres rituels et s'autorise à s'autoto-auto-riter ? L’auto-ritée de tous les fastes d’elle-même. Qui s’autoto-rise elle-même. Dans ce jeu hermétique des egos fous, comment pourraient-ils nous autoriser quoi que ce soi ; nous normer et nous frôler de légitimités ? Ils glissent, inéluctablement, vers le « hors sujet », le hors propos, le « horssortable », le hors de hors !!!

Comble du nombrilisme, du regard vitrifié en soi-même, figures topiques de l’inhumanité en actes, concentré des solipsismes (résumés par les « réfractaires » en rien à foutre que vous creviez puisque j’existerais » !). La pie toupie égarant son centre, sa consistance, sa raison d'être…La panique, le non sens, le vif argent des pensées, les sensations autoroutières, les émotions qui s'escaladent elles-mêmes, l'affolement accélérateur, l'agitation kaléidoscope en vertiges : tout se précipite vers son épiphanie, son apex, son pinacle satorique. Le troublion, l'histrion, le bouffon nommé "compétition" venait visiblement de foutre sa zone partout. Les fauteurs de troubles se groupent plus aux sommets sinon comment expliquez-vous qu'il y ai multiplication des troubles, sans les ubiquistes sommets ? Ce qu'ils vantèrent tant devient le ferment le plus virulent du délitement collectif.  De l’accélération de leur chute. Compétition, enfin, un peu de sérieux. Gaspiller "tout" pour un seul. Et tout le monde de gaspiller "tout" vers l'impasse de soi seul !!! Donc la pire des utopies possibles est "activée" insidieusement: comme quoi l'utopie ne s'est jamais trouvée là où les pouvoirs scandaient "utopie!" – mais bien plutôt à l'intérieur de leurs petites têtes à claques. Compétition: que n'eût-il été préféré émulation des égaux, élévation des pairs, collectif collecté, surpassement de chacun-e pour/par chacun-e etc. Vraiment depuis trop de décennies, les pouvoirs ne sèment que chaos et ne récoltent qu'échecs et désordres. Rien ne peut plus être pire que de les laisser continuer. Oui ou non ?

Georges Bataille partageait avec les amérindiens la même répugnance envers les pouvoirs (ce noyau répulsif de ténèbres). Pourquoi ne serions-,nous pas, de temps à autres, amérindien(ne)s ? Ras le bol de ces pouvoirs qui s’auto-brillent, s’auto-contemplent dans la pire des inactivations sociales jamais vue !!! Ras le fion des pouvoirs rétractiles dont le seul impact sur les autres semble être de nuire nuire nuire nuire nuire nuire nuire nuire…. Pourquoi ne pas préférer celles/ceux qui pensent aux autres, s’enthousiasment, admirent, diffusent, s’oublient un peu eux-mêmes ? Qui provoquent le mouvement pulsant, ouvrant, libérant, émancipant, offrant vers toutes les périphéries, la danse du collectif dont nous ne saurons jamais fait le tour ? Oui pourquoi ? Où voyez-vous de la croc-en-jambe-compétition là dedans ? Au lieu de dire respect à coups de télés à la charge ou de répressions pas là où il faudrait – les pouvoirs ne doivent-ils pas, d’abord, attirer le respectueux. Pour nous, en tout cas, le respectueux c’est un pouvoir qui, dans la discrétion, créerait toutes les conditions matérielles pour que le maximum de gens soit heureux. Vous voyez une seule étape où s’engager  après que les corps aient été écorchés à vif par les « compétitions » ? Pourquoi ne pas larguer ce poids mort ? Tout ce qui fait trop souffrir ne peut être adulte (ce qui n’est pas incarné n’appartiendra jamais à « l’humanité » !).  Extrayons-nous illico des babillages concurrentiels…Haro sur le bidet !

Aussi, dans le but d'annihiler, rapidement, la dangereuse (puisque écervelée!) bestiole de la "com-pétition, produisons sa caricature. Caricature ? une outre gonflée avec, en bulle, soulignée par le gémissement aaaaaaaaa, "pétition, pétition, pétition". En face, le spolié, dont on voit les billets de banque sortir des poches pour aller dans les leurs, leur dit "de quoi vous plaignez-vous ?", "de quoi vous plaignez-vous ?". Enfin, une ronde d'enfants chantant "c'est la pétition c'est la pétition de la compétition, compétition des cons, des cons pétitions…", jetant, joyeusement, tous les journaux financiers alentours.

A chaque fois que nous pensons à "compétition" le poivre du rire nous secoue jusqu'à nos fondations. La vie quotidienne, tramée par "l'horreur capitaliste", paraît plus que navrante. N'empêche que tous les concepts utilisés par cette fumisterie ambulante (une métaphysique inénarrable !) sont voués à nous faire toujours plus hurler de rire…Pourquoi nous en "priver" ? ah bien oui, nationalisons donc le rire !!! 22 ou 36 ? Au prochain humour humain alors ???

(à suivre)

Report this text