Jan et Morrisson -5-

aile68

Pour me changer les idées et surtout pour se donner une chance de me conquérir, Morrisson m'avait emmenée pique-niquer au bord du lac. Je n'avais  pas voulu me baigner, j'ai regardé l'étendue d'eau pendant une bonne partie de la journée et nous avons marché. A un moment mon prétendant a voulu me prendre la main, le terrain était un peu accident, je l'ai laissé faire sur une trentaine de mètres puis j'ai marché comme une grande, d'une manière plus assurée. Nous ne parlions pas ou si peu, il tentait une plaisanterie, une blague, je rigolais un peu par sympathie pour lui, je l'aimais bien moi aussi, mais je ne me sentais pas prête pour une relation avec lui. Avant le décès de Jan je n'arrivais pas à me décider entre les deux, à présent c'était pire. Jan et Morrisson avaient un point commun, ils étaient tous deux doués pour la discussion, le dialogue. Jan serait certainement passé en 2e année de droit, il avait de bons résultats. Morrisson lui, travaillait au drugstore, à la rentrée il allait suivre des cours du soir. Ce que j'aimais en lui c'est que c'était l'aîné de la bande, ça me rassurait, les autres le voyaient comme un grand-frère, ou un pote, moi je le voyais comme un adulte qui quitterait la ville à la fin de ses cours du soir avec ou sans moi pour s'installer ailleurs dans une ville plus grande qui lui offrirait un meilleur avenir. Moi j'avais envie d'aller à l'université comme de me pendre, j'aurais préféré redoubler ma dernière année de lycée car je ne me sentais pas capable de partir et d'affronter quelque chose de neuf à tous les points de vue ou alors Morrisson devait venir avec moi. J'étais culottée de penser ça mais je ne le pensais pas vraiment, je voyais les choses comme dans un rêve. J'avais envie d'avancer mais en aucun cas je ne me serais servie de celui qui avait des sentiments pour moi. Manipuler les gens et d'autant plus les amis, c'était pas mon truc, il fallait que je réagisse. Moi qui voulais que nous restions tous unis Cindy, Mary, John, Morrisson et les autres j'ai réalisé que c'était peut-être le dernier été où nous serions encore tous ensemble.

Report this text