Je m'écoute parler

fefe

Dédié a cette catégorie de gens horrible.

Je m'écoute parler. Je m'écoute parler si bien que pour m'entendre mieux je parle fort. Plus quelqu'un est bavard, moins je m'exprime, plus je monte le ton.

Je parle tout seul. Je n'ai aucun échange avec les autres, je n'apprend rien de personne. Je vivote vite fait dans ma bulle. On me reproche de ne rien écouter mais c'est faux; je m'écoute-moi.

Inutile de m'appeler, rien ne m'interpelle sinon ma propre pensée à l'écoute de mon mono-propos.

Si on me parle je fuis du regard pour ainsi mieux me concentrer sur quoi répondre. Je ne suis pas à captiver.

Je dirige les sujets de conversations vers les avis que j'aime donner a répétition. Une phrase pas finie de quelqu'un me suffit à lui répondre. C'est parce que ni l'avis ni la vie des gens ne m'intéresse que je ne reproche rien à personne. Avec moi personne n'a le temps d'avoir tord.

Je déblatère sur des thèmes que je ne connais pas mais j'insiste, et sans silence entre mes lignes je poursuis ma quête du moi-tout-seul sans bruit de fond, la veine du cou qui dépasse par manque de respiration.

Je ne me rend pas compte que j'aime parler de moi et lorsqu'on me dit un truc intelligent j'aimerais l'avoir entendu de dos pour pouvoir me retourner sournoisement et jeter un regard surpris, pour capter d'avantage l'attention et ainsi riposter face à un public plus réceptif. J'aime les publics réceptifs.

Une fois j'ai pensé qu'il était possible que je passe à côté des autres. Et si on doit communiquer pour exister, j'ai cru alors que je pouvais aussi passer à coté de moi-même.

Je parle fort, Je parle trop. Je n'intéresse personne et aucun ne m'agace; car je m'aime trop. Car je m'aime fort.

Report this text