Je suis Lyncée

lyncee-justepourvoir

Intention poétique de prétention modeste et aux allures snobes autant que dérisoires

Je suis Lyncée,

Poète en dérangement qui m'arrange

Et aussi réciproquement.

Je ne veux pas grand-chose ;

Je veux juste te parler.

 

C'est à toi que je parle

À toi et ton sourire

Je parle pour ceux qui se disent libres

Je parle aussi à ceux

Dont les sourires t'amusent

Ou t'effraient

Qui se savent enfermés

 

Chaque pas dans la prison d'autrui est un pas que tu ne vois pas dans la tienne.

Les pas de ta prison te bercent dans celle d'autrui

Oncarné par delà les incarnations du vivant

 

C'est à toi que je parle

Forçat de ta colère

Révolté, pris de vie

À toi comme à ceux qui t'enchaînent

Quand tu cries « vivre libre ou mourir »

Le fureur qui est en toi fait déjà le choix

Enchaîné à la vie, tu meurs

 

Je parle aux bons à rien

Aux prêts à tout

Aux foudres de guerre

De toutes les guerres

Aux parvenus

Comme aux biens nés

Je parle aux nouveaux riches

Aux nouveaux pauvres

Je n'oublie pas les anciens

Et je parle aux bourgeois, les petits et les grands

À ceux qui ont le pouvoir

Et à ceux qui le veulent

Je parle aux écorchés, aux cuirassés

Je parle à tous les moutons, aux solitaires

Aux penseurs et aux libertaires

Aux aliénés et à leurs docteurs

À mes sœurs et à toutes les sœurs

À ton frère et à mes parents,

Aux tiens aussi…

Avant même qu'ils aient la parole, je parle aussi à tes enfants et aux miens…

Je parle aussi aux indécis

Tout comme aux imbéciles

Sur mon clavier

Je parle en moi

À tous les hommes

Même à ceux qui ne m'entendent pas

Ou, qu'ils sont occupés à d'autres choses

Ou, qu'ils n'entendent rien

Je leur parle pourtant.

Oui, c'est à vous que je parle

À toi et lui… à eux là-bas et aux autres encore et en corps

 

Ô, je pourrais bien poser une question pour engager un dialogue…

Avec ce que j'entends…

Mais, je crains les réponses

Par là, je crains mon jugement des réponses…

De ne savoir que dire à la lumière et au fiel…

Que mon index barre la porte des mots qu'est ma bouche

Et pourtant, je ne veux pas me taire

 

Alors je dis

Je dis après avoir pesé de mon mieux

La mise en forme de pensées calquées des sens de mon

Intime

Que je t'adresse ; oui, à toi, aux autres et à elle…

En aiguillons sélectifs

Mes mots à moi

Que ne peuvent entendre tous

Et qui peuvent, indolores je le souhaite,

Au fond de toi, toucher…le vaste toi…

Qui les accueille,

T'inviter à dénicher ta propre boussole

Avec compas et carte vierge,

Sonder ton enfant à toi,

D'un pincement sec ou large, vibrer le lien de lui à toi

Que tu ne l'ignores plus enfin!

Procéder à quelques extractions

En un altruiste délestage

D'inutiles encombrants pour la route

 

Panser des plaies sur ton cœur d'estropié vers la mort

 

Que sais-je encore…

Si tu entends, c'est dans l'accueil

Si tu réponds, j'essaie d'entendre aussi

 

Ou rien

Si je te parle et que tu n'entends rien

Je n'y peux rien et toi non plus

Passons nos chemins qui un jour qui sait se croiseront Peut-être encore un temps

 

Merci de m'écouter quand tu le veux

Merci d'entendre si tu peux

Et aussi réciproquement.

Poète en dérangement qui m'arrange,

Je suis Lyncée



-_-_-_-_-_-_

Extrait de Douceur à l'État Brut p 147, VIIème partie Achève-moi

En voix sur http://lyncee.me/2020/01/je-suis-lyncee/

  • En voix sur http://lyncee.me/2020/01/je-suis-lyncee/

    · Ago 8 months ·
    Feuille

    lyncee-justepourvoir

  • Merci pour ce texte, pour moi c'est un bijou, par ce que nous sommes multiples nous sommes un et parce nous sommes un, nous sommes multiples, l'unicité est un pas de côté! :0)

    · Ago 11 months ·
    Facebook

    flodeau

    • Je te remercie infiniment FloDeau, ton appréciation me touche. Souhaitant que mes prochaines parutions sur cette plateforme puissent obtenir une telle adhésion de ta part...
      Au plaisir

      · Ago 10 months ·
      Feuille

      lyncee-justepourvoir

Report this text