Jean-Honoré

olecolec

Honneur à mon Fragonard, je ne connais ni les arts, ni les sciences, juste les chiots et les chatons.

Garce à Grasse, belle garce, juste pour tes beaux yeux
Solitaire, tu aimes me brosser aux cieux
Ton dessein est de me dessiner bleue
Les seins cachés le regard malicieux
Pressée de découvrir tes badigeons crémeux
Avant d'être aveuglée pour si peu


Je t'ai aimé lors des instants coquins
À te quérir comme un bon marasquin
François Boucher m'a désiré baveux
Tu m'as consommé comme un vin liquoreux
Tes travaux sont courts, mais minutieux
Jamais de longue haleine au coin du feu


Garce à Grasse, belle garce, juste pour tes beaux yeux
Solitaire, tu aimes me brosser aux cieux
Galante barque, Louveciennes nous voilà
Sur la Seine pleurais quand tu me dévoilas
Au goût sucré et chaud d'un ratafia
Si tôt conquise,  si tôt quittée déjà


Je t'ai aimé lors des instants coquins
À te quérir comme un bon marasquin
Tu préfères mon clafoutis au tartouillis
Quand outrée je joue le beau gazouillis
Ma chair est fondante comme un canaulet
Fuis vite avant que coule le guignolet


Report this text