Jessica Rabbit & Belle des Champs

Cathy Galliègue

Passage de "La moitié de l'homme en noir"

Cette femme me plaisait.

Elle était une sorte de croisement improbable entre Jessica Rabbit et Belle des Champs. Une pin-up parfois déguisée en hippie, avec ses yeux myosotis, sa taille fine, ses hanches marquées, sa longue tignasse safranée, son naturel et sa sophistication.

Une sorte de deux en un qui ne déborde ni d'un côté ni de l'autre et qui se fond à merveille en une seule femme, sensuelle, complètement insaisissable et juste à portée de main, fragile et solide, féroce et tendre.

Elle ne m'attendait pas, mais elle n'attendait que moi et s'efforçait de lutter contre cette évidence. Elle faisait la grande, me sortait des mots savants, prenait des attitudes, des trucs de filles intelligentes qui ont tout compris aux hommes.

Oui, cette femme me plaisait ! Beaucoup ! Tellement que j'y suis retourné tous les soirs, la question ne se posait même pas. Je rentrais chez elle et elle disait chez nous.

Maintenant que le décor a changé, je veux continuer de l'admirer. Je veux la regarder et me dire que j'ai de la chance d'avoir une nana pareille.

Mon Emma… Quand je laisse aller l'instinct parfois si primaire qui m'habite, je lui dis en déconnant, comme les mecs savent le faire « T'es bonne, bébé ! » Ça la fait rager et ça me fait marrer. Alors j'insiste…

Elle est en train de s'éteindre dans mon univers, la magie fout le camp… c'est de ma faute. Alors, sans qu'elle le sache, je cultive son amour. Tranquillement, je sème des petites graines, je les laisse prendre racines au plus profond de son âme et parfois, j'oublie volontairement de les arroser et de leur parler, histoire qu'elles apprennent à survivre en milieu hostile.

Si elles résistent à ce traitement, elles seront plus fortes et je pourrai les regarder grandir et s'épanouir. Je la malmène, je sais.

Mais un jour, si elle a le courage de s'accrocher sans me demander d'être un autre, un jour, j'aurai le courage d'être celui qu'elle attend.

Report this text