LES FOUGÈRES DE Melle ALDEBERGE II

Philippe Larue

Latitude sudiste du calvaire de Nanteuil-la-Forêt, datant du XIe siècle, était indifférente aux pierres meulières du village, ce samedi matin. La directrice de la conscience de Melle Aldeberge Lekine, Mme Mimex, s'était incorporée à rendre visite à sa collègue. Un peu comme un arôme dans une pâte à crêpes à rhum, en vérité.

Label impériale du XIe siècle, non pas Mme Mimex non, avait infusé le thé vert à base d'orange, de cannelle et de réglisse, relevé par le citron, l'argousier et une touche de vanille. La macération des pensées pipelettes de Mme Mimex était déjà à son apogée, dès 7h30 le matin. D'abord, c'était samedi et en tant que fonctionnaire, la semaine étant chargée de bavardages, les courses se déroulaient le week-end. Et puis, quoi de mieux pour y importuner les sosies fainéants.

Mais aujourd'hui, Mme Mimex et Melle Aldeberge Lekine avaient rendez-vous avec l'audace. Elles allaient s'enivrer de champagne Ier cru jusqu'à l'explosion d'une ivrognerie visuelle. Effectivement, en plus d'un saule en bonsaï et d'une encyclopédie des jardins remarquables du monde comme cadeaux d'adjointe en chef, Mme Mimex apportait ses immixions dans un vol en montgolfière des sites pittoresques & touristiques des Champagne/Ardennes. Et puis, voir sa chaumière en contrebas, était l'attitude précoce d'une retraite administrative.

Peut-être aurait-il mieux fallu que le pilote de la montgolfière soit sourdingue. En tous les cas, deux heures de vol avec à bord, Mme Mimex et Melle Aldeberge, c'était une expérience existentielle, que même un caméléon en aurait sorti ses yeux des orbites! Sans oublier le pauvre préfet Peucheron. Il était devenu le razmokett du champagne à rosée. Probablement que sa femme aurait effectué un long dimanche de fiançailles compatissantes à la campagne, à le cajoler, le dorloter, le chouchouter et le pouponner, après les quatre vérités prescrites par les deux pies jacasses.

Néanmoins, Melle Aldeberge Lekine avait un secret. Celui de se prélassait dans une populeuse, non plutôt une peopleleuse à vrai dire, dans la serre du jardin.

Report this text