La bipolarisation politique

Dorian Leto

Le clivage gauche/droite a-t-il encore un sens?

                Il est des choses qui ont du sens à une époque donnée et pas à d'autres. On pourrait citer simplement l'ordonnance du préfet de police Dubois n°22 du 7 novembre 1800, intitulée "ordonnance concernant le travestissement des femmes", qui donc a interdit juridiquement le port des pantalons aux femmes (exceptées les cyclistes et les cavalières). Une telle ordonnance aujourd'hui n'aurait simplement aucun sens. De même, il semble que le clivage droite/gauche perde peu à peu tout intérêt. Des scandalisés ? Permettez-moi de continuer. Quelqu'un a-t-il saisi une différence entre la politique de Nicolas Sarkozy et celle de François Hollande ? Quelqu'un a-t-il ressenti un profond changement de direction dans la gouvernance du pays au moment de la transition du pouvoir ? Et pourtant, à une époque, il aurait suffit d'opposer Alfred de Falloux à Victor Hugo (sur de réelles questions spécifiques de fond, pas de formes) pour voir à quoi pouvait ressembler la polarisation politique.

                La droite, c'est la liberté ; la gauche, l'égalité. Elles partagent en principe la fraternité. Plus précisément, les valeurs de la première sont supposées être le mérite, l'ordre, la sécurité, les traditions, le conservatisme et par opposition, celles de la seconde l'égalité, la solidarité, le progrès, l'insoumission. Admettons. Quelle insoumission, chez François Hollande ? Et quel mérite, chez François Fillon ? Allons plus loin : existe-t-il une seule personne sur terre qui souhaite l'insécurité ? Demandez donc à Hobbes son avis sur la question ! Par opposition, existe-t-il quelqu'un qui soit contre le progrès (comme généralité, les peuples amiches, ne s'opposant qu'aux progrès techniques, ne sont donc pas des contre-exemples valables) ? Si la droite semble avoir conquis la gauche, politiquement parlant, la gauche a idéologiquement conquis le peuple : c'est la bien-pensance. Qui aurait voté Hollande sans son statut de gauche ? Et pourtant, on ne peut pas dire que son mandat ait été un franc-succès, quand l'on sait que la seule courbe en hausse à la fin de celui-ci était celle de la vente d'armes. Alors quoi ?

                Le fond du problème, c'est le pathos. « Diviser pour mieux régner ». Je m'explique. Opposer droite et gauche, les bâtir en barrières infranchissables sauf pour les populistes (dans le sens négatif du terme, pas selon la définition originelle), c'est diviser sur des sujets de fond en utilisant les sentiments d'appartenance à un bord politique. User du pathos pour masquer le logos, encore. Parce que rassembler avec ce qui est commun est évidemment trop dangereux pour nos chers oligarques. Pourquoi ? L'hégémonie du libéralisme est trop facile à remettre en cause, si elle est seule centre d'intérêt. Car oui, nouvelle du jour, la droite n'en a pas le monopole. Alors on divise. Mettre en exergue les différences entre la droite et la gauche au lieu de prendre les idées pour ce qu'elles sont et de rassembler sur ce qui existe en commun a-t-il un sens, pour le peuple ? Aujourd'hui, on retrouve plus de points communs entre politiciens de bords différents qu'entre politiciens de même bord, parce que chacun pioche un peu partout ce qui lui paraît le mieux. En soi, dépasser un système fermé est une excellente chose, mais pourquoi continuer de se lier dans des termes obsolètes ?

                Se revendiquer d'un bord politique, c'est entretenir une réduction de l'esprit. Cependant, avoir des penchants pour l'un ou l'autre ne signifie pas lui appartenir. On peut être gauchiste sans être de gauche. Je m'explique : le terme de gauchiste a perdu son sens originel. Être gauchiste, c'est prôner la liberté et le progrès social. Alors qu'être de gauche, c'est cela, mais accompagné encore de nombreuses autres dimensions, telles que l'encadrement de l'économie, par exemple. De même, on peut être pour la conservation des traditions, soutenir mondialisation et ingérence sans être de droite. On peut être abstentionniste, votant blanc, et être de gauche ou de droite, mais sans personne de suffisamment satisfaisant à qui donner une voix. Opérer une distinction entre tendance et appartenance est fondamental pour traiter les problèmes prioritaires en priorité.

  • J'ai publié un livre il y a un certain nombre d'années dans lequel je tentai d'expliquer qu'on aurait intérêt à vite dépasser des clivages séparationnistes reposant sur des idéaux passéistes datant d'un siècle au moins. Pour moi l'équilibre est au milieu. Ca parait une lapalissade...

    · Ago almost 4 years ·
    Img 1518

    divina-bonitas

    • Heureuse que nous soyons du même avis! Quel est le titre du livre...?

      · Ago almost 4 years ·
      Profil 2018.04

      Dorian Leto

    • Antiscolastique...c'est un livre qui parle de l'école et de l'éducation, dans lequel j'ai tenté d'expliquer qu'il était indispensable de réformer l'école en profondeur de façon à amener plus de paix entre les gens, plus de compréhension entre les enfants dès le départ, plus de solidarité, d'écoute, de prise en compte de chacun...tout en améliorant la transmission des savoirs et le respect de chacun pour l'autre. Je suis persuadée qu'avec une école plus juste et plus souple, plus à l'écoute et mieux adaptée au XXI° siècle, on gagnerait beaucoup en ayant au final moins de chômage, de délinquance, de gens malades et tristes...C'est mon côté humaniste que beaucoup pensent être utopiste! Si mon livre vois intéresse, contactez moi.

      · Ago almost 4 years ·
      Img 1518

      divina-bonitas

    • Effectivement assez, oui

      · Ago almost 4 years ·
      Profil 2018.04

      Dorian Leto

  • je n'y avais jamais pensé. clivage , bipolarisation

    · Ago almost 4 years ·
    Default user

    Hi Wen

    • Simplement un sujet qui me met en rage et sur lequel j'avais besoin de m'exprimer. Si ça t'a permis d'y réfléchir, j'en suis ravie.

      · Ago almost 4 years ·
      Profil 2018.04

      Dorian Leto

    • le terme réduction de l'esprit est fort. pourquoi la réduction serait négative apres tout? la specialisation peut avoir aussi du bon, non?

      · Ago almost 4 years ·
      Default user

      Hi Wen

    • Spécialiser n'est pas réduire, il y une nuance très forte entre les deux termes... Quant à l'aspect négatif de la réduction, il s'agit de mon opinion personnelle. Je crois que l'ouverture d'esprit est une qualité fondamentale et nécessaire. Réduire son esprit, c'est s'ôter des possibilités de progrès.

      · Ago almost 4 years ·
      Profil 2018.04

      Dorian Leto

    • l'inverse est vrai aussi, ouvrir large c'est se disperser et s'oter des possibilites d'approfondir

      · Ago almost 4 years ·
      Default user

      Hi Wen

    • Je ne suis absolument pas, mais alors pas du tout d'accord. C'est un gros raccourci... Cependant, je ne crois pas que l'endroit soit idéal pour en discuter...

      · Ago almost 4 years ·
      Profil 2018.04

      Dorian Leto

    • ok!

      · Ago almost 4 years ·
      Default user

      Hi Wen

    • ok!

      · Ago almost 4 years ·
      Default user

      Hi Wen

Report this text