LA CAFETIÈRE

Philippe Larue

Caféïne Offenbach? Mon ignorance Allais de Sisley, Allais savoir. 

O2 sources sûres, l'éther avait miné râles, Hépar un forage. Square Lamartine, une Madone de Danone ou mon Aix-les-Bains dans l'écriture, naturellement. Thonon Odin? Trop de Cointreau évidemment. Contrex Évian...je Perrier. 

Bref, je Vittel un vagabond soustrait perpétuel de craies Won. Ogeu croix que j'avais découvert la Vichy pour mon QI, un Wiki n'était pas déssoiffé. Il fallait que je mouline Aix-les-Bains,  Duché dans un Luxembourg de la reine cafetière. Alors, j'esprit la Une. 

J'en avais égoutté des Pathé de mots à chaque printemps, comme des rouleaux jusqu'aux pieds à vrai dire, telle une maladie vers Bâle/Trappes. Après avoir et aveux confisqué l'Évian dans le bocal des vieux d'Évreux, grâce à mes quatre humeurs, le diagnostic des gouttes était un café de modules, dû aux points-virgules, ma foi Poincaré. Mon Rimbeau envisageait de passer le Rhin, à en Beaumarchais jusqu'à en boire la tasse. 

À l'or que l'odeur noirâtre, celle café que la mastication du Malabar moussonné dans mon nez et Monet, prenait la forme d'Inde, on Abyssinie Montmartre ni l'Abbesses de Deezer. J'étais le berger de Jésus, cloué sur mon fauteuil, à vrai dire rocking-chair et à Faust d'orthographes. 

L'odeur voyageuse des gouttes me transportait de Constantinople, Horus & Caire. L'Irish Coffee...non, qu'on finalement Verlaine, le pen à peines et Pennsylvanie complétement d'Ingres. L'haïku d'une pièce remplie de 40 écus et de l'Amsterdam, était approvisionné d'empyreumes. La cafetière avait capitonné mon âme, l'esprit comblé et ma langue de mots lierres...était aujourd'hui Devos Deux-Magots, florale. 

Report this text