« La littérature est inutile »

awne

Ainsi sont les mots que je reçus au cours d'un débat avec une connaissance.

En guise d'introduction :

Je préviens par avance que certains de mes propos peuvent paraître déplacés pour certains. Je conçois que ceux-ci peuvent sembler polémique, au vu de la vive critique que je construis d'un point de vue politique majoritairement. Je m'en excuse par avance de heurter possiblement des personnes face à mes propos, mais hélas, c'est ma vision des choses et de la société dans laquelle nous vivons. Cela n'engage qu'à moi, et je n'incite nullement les autres à renier leur point de vue pour le mien.


« La littérature est inutile »

Je haussai un sourcil, face aux quatre mots qui se tenaient devant moi, en cette nuit étouffante du mois de Juin. Pendant un court instant, j'ai cru avoir mal lu, persuadée que la fatigue me faisait délirer. Mais non, l'individu qui se tenait derrière son écran et avec lequel je communiquais commençait à expliquer que ses propos étaient dans le vrai et fondé. A vif, petite littéraire qui vit pour ses romans, je me suis décidée à répliquer, du mieux que je le pouvais pour les deux heures du matin qu'il était. Je viens ici, déposer sans pudeur, mon avis face à cette affirmation qui se répand que trop de nos jours, sachant qu'il est concevable que certaines personnes n'apprécient pas la littérature dite « classique », mais je n'arrive pas à concevoir les gens dire qu'elle est « inutile ». Pourquoi la littérature serait plus inutile que les mathématiques ? Et en quoi cela est-il énoncé comme une vérité ? J'entrepose donc sur cette page mon avis face à la question, qui peut proposer quelques égarements dans sa forme, mais le fond et la pensée est là.

« La littérature est inutile »

Sans la littérature, l'Histoire n'existerait pas, car c'est à travers la littérature qu'on parvient à conserver les pans de notre passé, la littérature est moteur de création, de nouveaux univers, d'une source infinie de liberté, un domaine avec lequel on peut exposer notre opinion, notre vision du monde, de la justice, du droit, de la société.  Combien d'auteurs ont réussi, avec la littérature à critiquer leur époque et leur gouvernement ?  La littérature est source de protestation. Dès l'Antiquité, les auteurs se plaisaient déjà à critiquer, même implicitement et remettre en question leur société. 

« Oui mais la littérature, c'est pour la bourgeoisie... »

Très bien, c'est ta perception des choses, la vôtre même, à toi et les gens qui sont du même avis. En attendant, si l'oligarchie domine, c'est bien parce qu'ils sont un minimum cultivés face aux plus faibles qui demeurent dans l'ignorance !  C'est sûr que les gens de nos jours liront plus facilement un petit Musso qu'un Hugo. Et pourtant, moi aussi j'en ai lu du Musso, mais on ne peut pas dire que ça a fait mon éducation. 

 Combien d'auteurs ont réussi à influencer d'une façon ou d'une autre l'Histoire ? Les philosophes des Lumières ont aidé à la Révolution Française, en faisant prendre conscience tout au long d'un siècle qu'il fallait enfin se réveiller et se révolter. Un certain Victor Hugo s'est battu pendant des décennies contre le régime de Napoléon III... il en est ressorti en héros national pour beaucoup de français !  Les auteurs pendant la Seconde Guerre Mondiale, eux aussi, étaient là pour redonner l'espoir aux français et pour les inciter à se battre. La littérature n'est pas uniquement synonyme de bouquins poussiéreux... C'est une forme de vie, à travers les représentations théâtrales, les compositions musicales, les réalisations de films. Toute forme d'art peut être reliée à la littérature au final; Même un tableau, se lit. La littérature est utile comme toute autre chose; car le principe de l'utilité, c'est faire profiter de quelque chose à l'homme. Toute chose profite à l'homme dans sa vie, donc la littérature est tout autant profitable que la cuisine, l'eau, les sciences, ou un quelconque moyen de transport. 

« Ce n'est pas comparable, la littérature n'est pas autant nécessaire qu'une voiture. »

Et pourquoi donc ? En quoi cela ne peut-il ne pas l'être tout autant ? La littérature, est aussi nécessaire que tout autre chose, voire tout aussi dispensable qu'autre chose si on demeure du côté négatif. Mais, il ne faut pas retirer l'idée que la littérature, c'est permettre à quelque chose de s'inscrire dans le temps, de sorte que les futures générations puissent avoir une vision plus ou moins concrète des anciennes sociétés, de façon à ne pas répéter certaines des erreurs que les anciens ont commis, ou encore pouvoir permettre de conserver un savoir et des compétences. C'est grâce à la littérature que les gens ont petit à petit appris à lire et à écrire, donc si désormais certaines personnes sont en la capacité de composer, même des immondices, que ce soit sur du papier, ou une page virtuelle, tirons notre chapeau en la littérature, et les auteurs qui se sont battus pour répandre l'éducation dans nos sociétés. Ce sont les intellectuels qui permettent des réformes dans la société, pas des politiques véreux.  C'est parce que les auteurs influent et usent de leurs talents que les gens prennent conscience et commencent à se plaindre, et sous la peur de perdre leur salaire confortable, les politiques se décident à améliorer la société. Si les politicards n'écoutaient qu'eux, ils n'aideraient jamais la société. Car des moutons ignorants valent bien mieux que des animaux éclairés. Donc, la littérature a permis de multiples choses, et lui cracher dessus et la considérer comme quelque chose de dispensable dans une vie, c'est revenir à ce stade d'animalité que désirent ardemment les politiciens. 

Pourquoi l'extrême droite monte-t-il en France ? A cause des petits territoires du pays maltraités par le gouvernement. La campagne globalement, mise de côté au profit des villes, car cela rapporte moins. Et, de façon absolument clichée, mais, hélas, vraie dans le fond : qu'est-ce que la campagne ? Un amas de gens, principalement de vieilles personnes plutôt ignorantes dans le sens où ils n'ont pas eu la meilleure des éducations, le meilleur des accès à la littérature, qui a vécu dans une France idyllique et qui a subi les affres du monde -que déplore bien souvent les grands pensants au passage tiens-.  C'est principalement à cause d'un manque d'éducation complet que les gens se tournent vers les extrêmes, qui eux, savent manier à la perfection l'art de parler, la rhétorique, et la forme du discours, et qui se permettent avec délice et onctueuses infamies de mener vers l'obscurantisme une part de la société.  Il y a 3 siècles, des auteurs, des philosophes, mathématiciens et autres du genre, se sont battus pour répandre le savoir sur les pays afin qu'ils sortent de ce stade d'embrigadement par les plus fourbes. Cependant, de nos jours, on en revient au même stade des fois. Si aujourd'hui, on se retrouve avec un pays aussi divisé et déchiré, c'est à cause des extrêmes qui se nourrissent de l'ignorance d'une partie du peuple. Et c'est aussi à cause de cette ignorance que désormais on se retrouve avec un gouvernement ultralibéral qui va encore plus brimer les petites gens au profit du capital. Qu'il est doux aussi d'entendre les extrêmes proclamer être la vraie France, ou tout autre pays, car il est vrai que la montée des extrêmes ne se résume pas à notre cas, lancer des propos plus que nationalistes à droite et à gauche, se déclamer être le parti des oubliés, soit les campagnes, pour que ces dites personnes résident à Neuilly, ou tout autre lieu de richard parisiens qu'ils disent exécrer... La palme revient aussi à une certaine Le Pen s'alliant avec un dit Dupont-Aignan, présent dans la politique dans l'unique but de se pavaner (je suis un tournant décisif de l'Histoire de France qu'il disait). 

L'ignorance conduit aux tensions, aux conflits, à la guerre. On dit de nos anciens, se moquant d'eux pour les raisons qui ont conduit à la mort de millions de gens, mais au final, aujourd'hui, n'allons-nous pas sur la même voie ?  Certes, la littérature ne fait pas tout, je n'entends bien évidemment pas dire que la littérature, telle un Messie, nous sauvera tous de l'Apocalypse. Mais, si elle résiste et existe depuis plusieurs millénaires, ce n'est pas pour faire décoration au coin d'une bibliothèque ou d'une conversation.

 C'est pour nous instruire, nous faire apprendre, découvrir notre passé, nous aider à évoluer, à penser, à s'ouvrir l'esprit et revoir notre vision globale des choses, mais aussi à s'évader, voyager, rêver.  La littérature, c'est un être à part entière, si j'osais pousser la métaphore plus loin. Donc la dénigrer et la considérer comme quelque chose de seconde zone, c'est s'inscrire -volontairement ou non-, dans cette logique d'ignorance et de volonté de conduire encore et toujours plus la société dans une société consommatrice, ne remettant aucune chose en question, ne voyant pas plus loin que le bout de son nombril, et se refuser à un minimum d'éducation.

 Il y a encore un siècle, des milliers d'enfants rêvaient être à notre place, ne pas travailler pour apprendre. Des millions d'enfants par-delà le monde en rêve aussi. Et nous, petites gens issus des pays développés, nous plaignons constamment parce que lire un Flaubert ou un poème de Ronsard, c'est tellement plus compliqué à effectuer que d'aller dans les mines, et en mourir à 21 ans à cause des toxines.

Donc, en conclusion : cessons de dénigrer, rejeter ou remettre en question quelque intérêt qu'est la littérature. Apprécions-la à sa juste valeur, pour ce qu'elle a à nous offrir, et ce qu'elle permettra de faire dans les siècles à venir si elle parvient à survivre face à la montée du négationnisme de cette si parfaite société. Je tire ma révérence, j'ai épuisé toute ma force argumentative.


© Awne, 2017.
Image trouvée sur le site We Heart It.

  • la littérature est vitale ; elle est nous, d'une certaine manière. c'est un texte intéressant, qui montre que nous n'avons pas tous le même rapport à l'Art. dès lors que ce rapport apparaît corrompu, l'Art apparaît lui aussi comme inutile.

    · Il y a 6 mois ·
    Image

    leeman

Signaler ce texte