La mer des Lucioles

onizuka

Hommage aux boats people

Poséidon est un dieu bien cruel
Même si sa maison est un beau linceul
L'Atlantide voit au cœur de ses ruelles
Les cadavres d'une humanité bien seule

Sous de frêles dunes que pensent les vestiges
De la connivence de leurs mondes engloutis
Leur longue agonie me donne le vertige
Tout autant qu'ils sombrent dans l'oubli

Les étoiles, elles aussi mort vivantes
Qui ne sont pas de celles qui se vantent
Ces nuits venantes ne seront que le reflet

De ces âmes lumineuses qu'on a perdues
Comme celles dans leurs pays qu'on a pendu
Pour qu'on se refuse de les camoufler

  • « Les femmes et les enfants d’abord » c’est ce qu’ont dit
    les marins aux corps d’athlètes et aux cœurs d’atlantes.
    La coque sous leurs pieds craque tant la mer s’arrondit :
    ce qui les séparait du drame n’était que l’attente.

    Le chalutier désuet n’était plus refuge :
    la mer devenue styx avait une faim des âmes
    et des cris des nuées qu’un espoir lui refuse !
    Combien de vies se risquent que le sort désarme ?

    Parmi eux, qui s’en remet à un idéal accueil
    qui s’achève par l’écume ou encore par l’écueil ?
    Croyez vous qu’embarquer de la sorte c’est partir ?

    Pourquoi les frontières n’ont elles raison des naufrages ?
    Quelle controverse d’horizons ôte l’âme des "sauvages" ?
    Parlez moi de ces noms, par mémoire des martyrs !




    · Il y a plus de 3 ans ·
    Fran%c3%a7ois franzzzz albrigo

    franzzzz

    • Hummmmm arrêtes de me caresser le lobe comme ça

      · Il y a plus de 3 ans ·
      Onizu 2 orig

      onizuka

Signaler ce texte