La mer encadrée.

effect

Extrait de: "Il aimait peindre autant de gros nichons que de petits bateaux, autant de lèvres rouges que de cerises bien mûres... et planter des soleils entiers sur de beaux matins."


Il peignait aussi la mer comme d'autres avaient écrit sur l'apparition du Christ... sans jamais l'avoir vu, mais avec le sentiment de s'en approcher au mieux. Son atelier était empli de couleurs imitant les sables dorés et les rouleaux des vagues. Suivant les heures durant lesquelles il s'employait à traduire ses paysages marins, les ocres et les siennes, les jaspes et les émeraudes, s'épaississaient ou se délitaient en fonction de l'état du temps qu'il percevait. Parfois, il tombait dans des teintes saugrenues, mélangeant la douceur à la contrariété, le miasme au jasmin. En fait, beaucoup disait de lui que ce n'était pas la mer qu'il peignait, mais plutôt son propre caractère. Il avait fini par en accepter l'idée, puisque tout comme lui, la mer pouvait se mettre en colère !

A l'énième et sempiternelle question « C'est bien joli tout ça, mais combien ça coûte ? » de touristes qui venaient le visiter entre 2 églises et une boule à la vanille, il répondait que son atelier était tel celui d'un étal de boucher, où la cervelle d'un cochon pouvait jouxter celle d'un agneau sans qu'une grosse différence ne soit faîte entre les deux, sinon par le goût... et que les prix étaient en fonction de la gueule du client, pour que chacun ait le droit à la sienne !

Ne comprenant rien à son discours, la clientèle finissait par lui acheter des reproductions au format carte postale, un bon compromis entre virtuel et réalité.

- Tiens regarde mon chéri, celle-ci elle est pas mal, t'en penses quoi ?

- A qui tu veux l'envoyer ?

- A ta mère !

- Ma mère elle aime pas la mer ! Elle dit que c'est des endroits de fainéants, que tout le monde s'y prélasse ! Que ce sont des lieux de vie pour les vieux, des maisons de retraites déguisées avec du soleil et un grand bac à sable à ciel ouvert pour laisser filer l'ennui sur une page de mots croisés !

- De toutes façons ta mère, en dehors de ses sauts en parachute, elle aime quoi d'autre ? Tu peux m'dire ?

- Les chaussures de montagnes !

- Ouais ben excuse-moi, mais là y en a pas ! Le mec il vend des toiles de mer sur des cartes postales où y a pas encore les trous pour mettre des lacets dessus ! Alors, tu t'décides ! On va avoir l'air con s'y on achète rien alors qu'on s'y intéresse quand même !

- Ben... t'as qu'a prendre celle intitulée Couché persillé au petit frimas !

- Moi j'aime bien le Petit porc de plaisance se croisant les pattes devant la marée avant que le bateau ne monte !

- C'est pompeux comme titre !

- Ouais peut-être... mais elle est au même prix que ta persillée !


  • Si on définissait l'amer, il ne pourrai s'écrire, juste se ressentir...pas gras-ve! ;0)

    · Il y a 3 mois ·
    Facebook

    flodeau

  • « Ma mère elle aime pas la mer ! » C’est bien connu, d’après Renaud, l’ex chanteur, « … c’est pas l’homme qui prend la mer, c’est la mer qui prend l’homme, mais elle ne prend pas la femme qui préfère la campagne… » :o))

    · Il y a 3 mois ·
    Photo rv livre

    Hervé Lénervé

Signaler ce texte