La technique

saurimonde

Conférence sur la technique, par Enzo Sandré, conférence donnée au sein du cercle de l'Action Française.

Conférence d'Enzo SANDRÉ sur la TECHNIQUE.

27/03/2020


Qu'est-ce que la technique ?

Être libre, c'est d'abord connaître ce qui nous détermine. Jacques Ellul. 

On déplore souvent la mort du politique, on accuse souvent pour ça le libéralisme, ça a été un grand vecteur de la mort de la politique au temps moderne. On est à l'époque post-moderne, qui est industrielle par tous ses aspects. Réfléchir dans nos cercles, à la politique, tout en ignorant tous les déterminismes que lui imposent la technique est un aveuglement déplorable. 

Un système environnant autonome dans lequel l'homme est pris. Les techniques sont des savoir-faire présents dans l'histoire humaine. La technique est l'ensemble des machines héritées du passé dont le fonctionnement présent détermine notre avenir. 

Qu'est-ce qu'une machine ?

C'est un outil, un instrument qui permet à l'homme de changer le réel. Contrairement à un outil simple, la machine contraint son utilisateur à rester dans les bornes conçues par son concepteur. 

C'est la mécanisation d'une technique, qui fige le rapport autrefois souple entre l'homme et l'outil, et le réel.

Marshall McLuhan, tout outil est un medium qui se pose entre l'homme et le réel. 

Que reproche-t-on à la technique ?

Les clés du déterminismes que nous posent ces notions. école techno-critique. Distinguer des interstices. 

"Computer god"

Remplacement de Dieu par la technique. Ce que reproche Jacques Ellul. Heidegger. Et d'autres. Point capital de l'oeuvre d'Ellul.

Sommes-nous libres, ou sommes-nous prédestinés par une quelconque divinité ?

Pierre de la Coste, apocalypse du progrès. 

Comment peut-on être libre, alors que la science a prouvé que l'univers était déterminé par des lois physiques implacables ? 

Le catholicisme refuse de trancher. On ne peut pas dire. On est pas totalement libres, car il y a Dieu, mais Dieu a aussi choisi de nous laisser libres. Mystère.

Dans la mythologie de Tolkien, la machine suprême c'est l'anneau. On ne peut pas utiliser la magie, il faut une aide divine.

On empiète sur le libre-arbitre de ceux qui nous succèdent. 

Günther Anders - L'homme est devenu inconscient aux effets de ses actes, on ne peut pas imaginer l'ensemble des choses qui arriveront.

Dans une société technicienne, tout le monde ne fait que suivre les ordres, et personne n'est vraiment responsable des catastrophes.

L'homme moderne est capable de tuer des millions de gens en appuyant sur un bouton, mais serait incapable d'en pleurer. 

Robert Oppenheimer, le père de la bombe. Le décalage prométhéen. Petite soeur : honte prométhéenne. Insignifiant par rapport à ses créations, il développe un complexe d'infériorité par rapport à ses créations. Un masochisme suicidaire. L'hédonisme ravageur. Une volonté de se transformer en machine soi-même. 

Le rêve d'augmentation, est celui d'un homme diminué. Inadaptés à une société artificialisée. Et qui souhaitent réussir en imitant les machines. Haine du corps en version athée. Le but du transhumanisme est de développer les capacités du corps humain par l'objet. Le monde technique a remplacé l'amour par un ersatz, le plaisir. La haine peut passer la barrière technique. 

Le seul moyen de retrouver la paix, c'est de détruire l'anneau.

Cette fameuse troisième révolution industrielle. On peut reprogrammer un fonctionnement sans l'aval du concepteur. 

Ivan illytch. Un outil est convivial s'il est détournable. Le marteau, par exemple. Un programme qui fonctionne comme une boîte noire, n'est pas convivial. 


La nature a horreur du vide, et en absence de religion plus ou moins organisée, se tourne vers les idoles du moment. 

L'homme est tellement un animal religieux, qu'il dépend des croyances pour sa santé mentale. (études.)

Golum, personnification de l'homme moderne obnubilé par la machine. C'est l'homme-machine. Sa santé mentale dépend d'une machine et il est prêt à aller la chercher au bout du monde et à tuer son frère. 

La technique est l'idole des sociétés modernes. On ne pourra plus la remettre à notre service tant qu'on l'idôlera comme un Dieu. 

Exemple du primat de la technique sur la culture.

C'est la roue. Les égyptiens ne l'ont pas jugée bonne de l'utiliser avant le nouvel empire. Car elle représentait Horus.

Ils ont construit des pyramides avec des techniques que nous ignorons. Exemple que ne pas utiliser certaines techniques ne nous fait pas retourner à l'âge de pierre.

Les besoins militaires ont été un très fort moteur des changements des progrès technologiques. 

Mais marginaux par rapport aux communautés. 

Il faut encore des humains pour mettre de l'eau dans le moulin.

Theodore Kaczynski, dresse un portrait assez sévère de l'homme moderne.

Au-delà de son analyse brutale mais drôle du gauchisme moderne, il dresse une thèse sur l'auto-accomplissement. L'homme a besoin de buts qui nécessitent d'efforts pour les atteindre. L'autonomie, les succès et les efforts peuvent disparaître. C'est la pyramide de Maslow. (Ou pyramide des besoins.) Le processus d'auto-accomplissement est proéminent dans la société.

Le chasseur du dimanche chasse tant qu'il y trouve du plaisir. 

Primauté des acteurs sur le talent. Régression des techniques, des gestes de la main, du savoir-faire, au profit de la technologie. 

La technique crée plusieurs problèmes complexes à chaque fois qu'elle résout un problème simple.

Exemple : gens devenus obèses se meuvent dans des chariots électriques, passent régulièrement chez le chirurgien pour leurs problèmes adipeux. 

Il faut recréer un contact de l'homme avec le réel. 

Se libérer des machines, c'est chercher d'abord d'autres solutions que les machines à nos problèmes. 

7 lois de la technique, par Ellul. 

Elles nous permettent de déduire 7 caractéristiques du monde promises par les transhumanistes.

1 - La rationalité (tout ce qui n'est pas vérifiable est donc nié, même ce qui a fonctionné).

enseignement à en tirer : cette singularité sera rationaliste et rigide à l'extrême. jeu qui résume : paper clip. 

2 - L'artificialité. Un bon code, il ne ressemble surtout pas à la nature. Les objets techniques sont faits pour quelque chose. Dans la nature, tout est flou. On peut pas voir les fonctions des choses.

La nature sera vue comme un simple stock à piller.

3 - L'automatisme. La politique est une matière de volonté, de choix, la technique n'obéit qu'à la loi de la possibilité. 

La singularité fera tout ce qui est possible.

4 - L'auto-accroissement. La technique n'avance pas par de grands bons, mais par des millions de petits bonds continus. Ce qui rend inéluctable une innovation. 

On ne pourra pas réguler la singularité. Si elle arrive, c'est trop tard. 

5 - L'insécabilité. L'usage est inséparable de l'être. Une technique c'est une potentialité. Le nucléaire, le civil et le militaire en sont indissociables. 

Il n'y aura pas de bonnes ou de mauvaises singularités. Tous les possibles seront faits en même temps.

6 - L'enchaînement. Une technique découverte réagit automatiquement avec toutes les autres, et permet de découvrir d'autres techniques à son tour. 

On ne pourra pas prendre l'escalier de la singularité, sans dévaler toutes les marches.

7 - L'universalisme. L'inter-connexion mondiale. L'efficacité est la technique. L'ensemble des lois de la technique va donc s'appliquer à l'ensemble des peuples.

Si la singularité ne s'avérait ne pas être une bonne idée, il nous restera nulle part où fuir. 

La technique est un système environnant autonome. Jacques Ellul. 

Elles aboutissent à un résultat connu d'avance. Le jeu continue si les hommes restent soumis aux règles. 

Chez Tolkien, Saruman a été corrompu par Sauron. Mais une fois corrompu, il agit de son propre chef et par sa propre logique. 

Effets d'industrialisations centralisés. Monopole radical. Institution qui empêche toute initiative d'émerger d'en bas.

L'exemple de l'école est criant. Elle a transformé les professeurs en pions de l'état. Standardisation mécanique. 

Les institutions sont trop grosses pour échouer. Leur logique les force à être de plus en plus obligeants. 

Eduquer les générations futures.

La machine est implacable. Connaître les déterminismes d'un système, c'est déjà être libre de faire des choix par rapport à ce système. 

Il faut vivre avec son temps. Pas sur un passé fantasmé. Il faut penser le monde de demain.

Maurras voyait la conquête de l'espace comme un moyen de créer un nouveau far west. Conquérir l'espace pourrait être une solution. 

Kaczynski préconisait un nouvel âge artisanal. Transformation progressive ou révolution agressive. Progrès mécanique par un progrès humain.

Tolkien nous laisse en héritage le modèle de la comté, qui sont les hobbits. Le modèle idéal pour le vieil anglais. Le monde paysan.


Lyon n'y a t'il pas un intérêt à s'accaparer une partie de la technique pour arriver à nos fins politiques et ne pas tomber dans un néo-luddisme utopique ?

La technique, permet le coup d'état. En tant que maurassiens, on va devoir utiliser ces failles là pour le fait politique. Pas de néo-ludisme imbécile.


On parle souvent de la « Technique ». On pointe du doigt ses utilités ; on pointe du doigt ses faiblesses. Selon vous, quel est le grand point de bascule historique qui nous a fait entrer dans une ère de « super technique » ? Est-ce la révolution industrielle, ou doit-on tourner la tête ailleurs ?

Référence : Lewis Memford : technique et civilisation. 

Il détaille ce qu'est la jeunesse de la technique, à travers 3 grandes étapes. Première étape au 11ème siècle. La sortie de l'horloge des monastères. Elle ne servait qu'à sonner les offices au départ. Le peuple s'en est emparé.  

Sinon au 18ème siècle. Il dépend des perceptions. Certains disent que l'empire romain était industriel. 


La singularité est-elle seulement atteignable ? Inférer une volonté (de puissance) à une machine, n'est-ce pas lui demander beaucoup ?

Vaste question, la machine n'aura pas une volonté propre. (Certains y croient.) Hypothèse : à force de tout interconnecter, on va donner de plus en plus de puissances et de capacités de faire aux machines. Sans avoir de volonté propre, si on lui donnait un ordre stupide cette machine va changer la terre en gigantesque stock à cultiver. (IA faible.) 


Même si ce phénomène n'est pas né sous la Révolution Française, ne peut on pas dire que l'individualisme révolutionnaire a laissé la part belle à la Technique comme un moyen d'émanciper l'Homme (je pense notamment aux écrits de LAFARGUE sur le Droit à la Paresse) et comme un moyen d'atteindre le Progrès par toujours plus de complexité technique et de productivité ?

On accuserait plutôt le temps, et l'industrialisation. La révolution a été une éponge d'idées qui tournait autour. 


La "technique", dans son sens le plus trivial, fait des progrès surtout en temps de guerre. la "technologie" (terme plus approprié) n'est-elle pas aussi nécessaire à notre sécurité ?

Bien sûr qu'elle est nécessaire. Deux types de sécurité : une sécurité qui est subjective, une qui est objective. La sécurité est un mot assez récent, autrefois on parlait plutôt de tranquillité d'esprit. Il faut savoir accepter que le monde est dangereux. Dans le régalien, on a besoin d'autres formes de sécurité, au sens moderne du mot, une sécurité objective. De calculer les risques, pour ne pas se planter. 


  • j'adhère à une bonne partie de votre texte. Mon "reproche" : que de pensées mises seulement bout à bout ! Pourquoi ne pas avoir développé des enchainements ? Bien sûr cette démarche serait nettement plus vulnérable aux critiques ; et puis on ne peut souvent pas "faire le tri", garder certaines "bonnes" techniques et délaisser les autres ; le choix des Egyptiens n'est plus possible. Combien de protestataires ne peuvent faire autrement que d'utiliser les mêmes armes (FB etc...) ?
    Ou commence et finit l'utopie ?
    Vous prenez Lyon comme exemple ; intéressant. Refuser l'extension du métro... Passé presque toute ma vie là bas. J'en suis parti pour pas très loin...A+

    · Ago 4 months ·
    Autoportrait(small carr%c3%a9)

    Gabriel Meunier

Report this text