L'AGONIE DES HEROÏNES

mamiya

J'ai vu des alliances données pour éternelles,

Des icebergs de tropiques, aux contours d'acier,

 Fondre sous le soleil brûlant de regards malveillants

 filtrant à travers des jalousies mollement assassines

 Gardiennes de polichinelles que la terre entière devine,

 Aperçu des cadavres écoeurants de puanteur,

 Squelettes de passés auxquels l'on finit par renoncer

 Témoins peu crédibles de liens prétendument solides

 Cassés en cours de chemin par la folle course du temps

 Et domptés par la triste fatalité des sentiments mort-nés.

 L'oeil perçant et carré du malin, observait tapi dans l'ombre,

 Attendait avec une patience sadique, la chute silencieuse

 Des héroïnes, bravant leur exploit, lui crachant soudain à la figure,

 Amnésiques, désormais réfractaires aux lauriers si bien acquis

 L'oeil scrutait, tandis que la gueule béante et malodorante tuait,

 Soucieuse de se régénérer au prix des éternités anxieuses

 Et aux détriments des moralités infâmes qu'on assène ici bas

 Le chasseur aux aguets guettait sa proie sûr de son piège

 Les héroïnes s'écroulèrent trophée en main,les yeux baissés

 Stupeur,les pièges efficaces, se refermaient sur l'éternité.

J'ai vu les utopies les plus folles prendre forme un matin d'hiver,

Au sein d'un magma universel d'illusions recouvertes de neige,

Tandis que sombraient dans une nuit sans fin,des rêves acquis,

 Flirtant impudiquement avec des bonheurs fatalement suicidaires

 Et des sourires inanimés, disant ces voeux qu'on ne formule plus

 Que l'on ne s'autorise plus que dans des souvenirs lointains

 Elles étaient allongées sur les braises vengeresses des envies

 Et des complots qui n'ont pas d'esprit,ni même de hauteur.

 Le rire sarcastique des destins avortés, les assourdissait,

 Tandis que les effluves des passés s'envolaient sur leur fin.

Report this text