le fidèle gardien de notre secret

Re Chab

inspiré par "si moi" de Mada



          Nous revenions de la plage ,
          que le soleil écrase
et je suivais ton p'tit coeur ,
battant la cadence,
         comme un marteau piqueur ,
         quand il entre en transes ,
         et qu'il s'emballe
( même pas pour dix balles ).

Bon ,       c'était pas du Mozart
qu'ils passaient, au bar :
le juke-box vomisssait quelques airs
             un peu vulgaires,
             au premier abord,
mais je regarde ton corps
aussi souple qu'un oiseau...
toi,       moulée dans ton maillot .

De la musique,   j'en n'ai plus rien à faire,
             après avoir vidé trois bières,
je suis hypnotisé,
par ta peau bronzée ,
d'écume de mer
et de crème solaire
           l'éclat de ton sourire,
           ne semblant jamais en finir .

          J'étais un peu ivre,
mais j'ai fini par te suivre,
         dans le sillage
         de ton tatouage ...
c'est donc un lézard,
enroulé sur un poignard,
lové comme sur un coussin,
à l'ombre de tes seins...

ceux-ci , nettement plus pâles,
que le dessin de l'animal
        ( assez agile ,
        bien qu'indélébile ),
sinuant jusqu'au nombril
sous ma main malhabile,
lui,          continuant de respirer avec toi
-  je le sens encore palpiter sous mes doigts - .

             Peut-être qu'il se réveille
             avec le soleil,
             et qu'il s'endort
             contre ton corps,
pour se réchauffer à tes promesses
            dès qu'on le caresse ;
je pense l'avoir apprivoisé
quand tu m'as donné ce premier baiser ;

que tu es douce,         entre mes bras !
le lézard me regarde toujours d'en bas,
quand j'épouse tes courbes,
( toujours avec son oeil fourbe
voire,             quelque peu moqueur
quand je me suis mis à compter tes taches de rousseur ) :
              il a dû penser, sarcastique,
              que c'est pas l'endroit des mathématiques...

C'est comme si on additionnait les étoiles d'une galaxie..
il faut avoir,  pour ça,  la tête perdue dans l'infini :
                               on ne peut en faire l'inventaire ,
-   c'est ce qu'elle m'a dit en me ramenant sur terre     - :
la sienne était chaude et tendre
( on s'y laisse facilement prendre ):
               ses champs sont de vastes étendues ,
               et on s'y perd sans retenue...

           il est difficile de noter par écrit,
           ce qui s'en est suivi ( ! )
on est emmené bien loin de chez soi,
ces émotions se vivent     et ne se racontent pas ;
le lézard reste avec elle,   le seul témoin
du parcours de mes mains :
désolé, mais ,       il a juré de rester discret,
                       fidèle gardien de notre secret


-

RC

  • Très joli et si pudique !! Je le sais, le gentil lézard ne racontera rien, il en aurait peut-être été tout autrement s'il avait été.. serpent !

    · Il y a 2 mois ·
    Louve blanche

    Louve

    • peut-être qu'il n'aurait pas pu non plus ( la gueule ayant mordu la pomme ! )

      · Il y a 2 mois ·
      Another flying machine     ( zouing machine)

      Re Chab

    • ...avant Eve !

      · Il y a 2 mois ·
      Louve blanche

      Louve

Signaler ce texte