Le frisson

guegueette

Attirée par les lumières divines je me laissait emportée dans la vitesse. Le danger n'existe à présent plus quand tu veilles sur moi. C'est les bêtises qui me tiennent en éveil et dans un état d'inconscience consciente. Je suis la pantine qui ne craint plus la mort l'espace du temps que j'ai gagné en résolvant tes énigmes. 


Je m'en rend compte et j'aime beaucoup ça.


C'est un jeu amusant auquel je prend goût, souvent il est de souffrance, souvent d'extase infinie. Tu m'accordes des petits plaisirs et c'est délicieux. Avec parcimonie mais qualité. 


Tout ceci me donne des envies de caprices, comme en mon enfance. 

Frôler la mort sans souffrance est assez jouissif. 


Oui c'est cela qui me fait palpiter. Continuons avec un Taureau, prenons ses cornes et chevauchons le! Rions aux éclats face au dessous des pâquerettes. Si tu es l'invisible qui me parle, tu es celui qui me protège aussi. 


Ou pas. Tout n'est qu'une question de hasard pour l'un, une question millimétrée pour un autre. Hm…. 


Le cœur se refroidit, comme à l'embaume et passe sur la balance. 

Tu es là, guide de l'infinité. 


A l'éclipse il est jugé, et c'est ainsi que ce fait la pesée. Et si je vois la mort, c'est que tu me montre ce qu'il y a après. 


L'animal Taureau a signa sur les lèvres un « e » aigu avec de l'eau de lune.  

Report this text