Le gonze du 11

Aime Nouma

                                                    LE GONZE DU 11

Je suis un gonze du 11 par adoption,

ça c'est passé sans préméditation,

le triangle Bastille /Voltaire /Nation 

est devenu comme qui dirait ma pension/

La première fois que j'ai mis les pieds dans ce quartier/

Il y marchait encore des tas de vieux petits métiers/
Remouleurs! Couteliers! Ramoneurs! Vitriers!/

Que tout nouveau parigot, je découvrais grâce à Charlotte/
Une belle black bimbo, chaude:super hot/

Avec laquelle  sans vergogne,je faisais la bête à deux dos/

Dans un vieil hôtel borgne,CHAUD DUO ,

en haut de la rue de la Roquette/

Donc ,à l'aise dans mes baskets, /

Je ramonais ma fraise dans ce quartier et c'était chouquette!/

Trop chouquette, même les vendredis, ces jours bénis-maudits /

où du début de la soirée jusqu'au fin fond de la nuit,

VROUM!BROUM!KROUM!VROUM/VROUM/BROUM/BROUM/
D'incessants et assourdissants cortèges de motards:/

Gros cubes, bécanes trafiquées, Bleues, scoots ,pétrolettes  ,Solex et side-cars/
Vrombissaient et pétaradaient de loin en loin de proche en proche /

Pour venir faire la bamboche sur la Place de la Bastoche/

Bamboche qui consistait à chiner des pièces à bas prix /

et à tourner toute la nuit à grand bruit autour du pauvre génie assourdi /


j'suis un gonze du 11 par adoption/

Ca c'est passé sans préméditation/

Le triangle:Bastille-Voltaire-Nation

 est devenu comme qui dirait ma pension.

Avec Charlotte je ne faisais toujours que passer/

Baisser sa culotte , l'aimer, l'aimer puis tracer /
Vers des coins moins bruyants , plus modernes/

Pour tâcher d'y étancher ma soif d'Aimé jamais en berne/

Puis les hasards de la vie, les doux yeux d'une Susan, /

Ces formes , son minois joli et sa flamme partisane/
Ont voulus qu'après quelques temps , un ou deux ans/

Je reprenne mes quartiers dans l'arrondissement/
Passage Thierré pour être plus précis,

donc toujours tout près du génie/

Qui cette fois prêtait l'oreille à notre idylle jours et nuits/
Car les temps avaient changés

/Le ONZE s'était mis à bouger /
Avec comme nouveau son de cloche/

Un projet d'opéra place de la Bastoche/
Fini, obligé, terminé les raids de motards et les tas de vieux petits métiers/
Les loyers loi de 48 avec WC, toilettes sur le palier/
le prix du mètre-carré devait grimper raide dans le quartier

car démarrait le règne des bars, boutiques et restos branchés/
Lofts,Duplex, Ateliers, Triplex s'achetaient  même à l'arraché/

J'suis un gonze du 11 par adoption/

Ca c'est passé sans préméditation/

Le triangle:Bastille-Voltaire-Nation

 est devenu comme qui dirait ma pension

J'ai tiré et fait beaucoup de coups dans ce quartier/

Peut-être pas quatre-cents ni même la moitié/
Mais j'y ai vécu amours et amitiés,

y ai pris mon pied et y ai pris pied.

Big Up à la Big Linda de la rue Sedaine,

ce haut-lieu d'une diaspora juive tunisienne/
Qui a vu l'empire du Milieu, semaines après semaines/

S'approprier les lieux , les murs , le domaine./

J'suis un gonze du 11 par adoption/

Ca c'est passé sans préméditation/

Le triangle:Bastille-Voltaire-Nation

 est devenu comme qui dirait ma pension

                                Aimé NOUMA

Report this text