le vieux: 4: le saisonnier

Christian Gagnon

J'ai 4 saisons, je ressuscite 4 fois

Je me salue bien bas

Toi

Vieux cafard saisonnier

Bien au tiède

Sous la mouille

Qui fait des claquettes sur les chars

Érafle les trottoirs

Donne aux rues la couleur de la nuit

Crache des vis et des clous qui te font des trous partout

 

Vieux pretzel osseux

Bien au froid

Sous des tas de zéros

L'automne désorienté

L'hiver qui mijote derrière

L'encule

Avec sa bitte de glace

Ses cochonneries tavelées de blanc

L'hiver qui se déguise en couleurs

 

Vieux manteau de castor

Bien au chaud

Sous la neige

L'antidépresseur tout blanc

Les flocons qui tombent un par un

Les flocons qui tombent mille par mille

Tu tends la langue

Tu manges des étoiles

 

Vieux givré

Bien au large

Il neige de la vraie neige

De la lumière

De la craie, de la farine, du blanc à manger, de la plume d'oie

Du brou de champagne

Des confettis de jeunes mariés,

Du vison blanc qui se roule dans le blanc

Il neige ta première communion

Des hosties qui n'ont pas besoin d'êtres rondes

Tu te baptises dans de l'écume de raz de marée

Tu te bénis de la peinture blanche à un seul numéro

T'es chameau dans ton Sahara tout blanc

 

Vieux fripé

Bien en feu

Sous Galarneau

Amon Ra

Calorifère des pauvres

Grosse chaudière du système astral

Qui te roue les sangs,

Qui te fend les lèvres

Qui te peint en rose

Te tanne

Te lézarde

Te fond dans le décor

Crève le jour

Saigne la nuit

Le ciel  se pète des avc

Et te tombe dessus

Absolu, sans pitié

 
Report this text