Légende

Véronique Pollet

Le sang dégoulinait, chaud sur sa peau nue. L'odeur surtout l'incommodait. Ses cheveux blonds étaient rougis, ses yeux bleus voilés. Elle aurait voulu vomir, mais le regard de son père, impérieux, la maintenait sinon debout, du moins trop fière pour s'abandonner. Son arrogance pourtant s'effilochait. Comment avait-il fait pour que cette robe encore vivante soit à sa taille. Elle sentait sur son sein les derniers soubresauts de ce cœur sacrifié. Ainsi rentre-t-on dans la légende lui avait-il dit, mon ange, ma fille, ma femme, ma peau d'âme.

  • La nouvelle est belle. Le rite ne demande pas plus de mots. Je m'interroge juste sur l'absence de point d'interrogation lors de la question.

    · Ago over 9 years ·
    Default user

    Pierre Grange

  • Première à commenter! Je souhaite beaucoup de succès à ce très beau texte.

    · Ago over 9 years ·
    Neige 13 mars 2013 007

    Frédérique Panassac

    • Merci Frédérique, pour tes encouragements ... et pour ta lecture précise ;-)

      · Ago over 9 years ·
      Clamoiselle

      Véronique Pollet

Report this text