Les chrétiens dans l'empire romain

saurimonde

Conférence de Gabriel Vico dans le cadre d'une conférence édifiante au sein de l'Action Française, au sujet de la persécution des chrétiens.

Conférence de Gabriel Vico sur les persécutions subies par les chrétiens sous l'empire romain.

04/04/2020

Les premiers chrétiens ne sont pas catholiques.

Quelques clés. Pourquoi christianisme, et pas catholicisme ? 

Le christianisme englobe plusieurs courants. A cette époque le catholicisme n'existe pas.

Le christianisme était une multitude de communautés nées dans l'empire. Pas de dogmes dans le christianisme primitif, ils pensent tous différemment.

Ces communautés vont être persécutées, à partir de quand, et pourquoi ?

Part historique et juridique.

Persécutées physiquement et juridiquement.

ça commence avec Néron. On terminera avec Constantin, le premier empereur à se convertir au christianisme.

Néron. Néron est un empereur sur lequel on a beaucoup écrit. On le connaît grâce à Tacite. Néron, sa persécution commence à l'an 64. Le 19 juillet de cette année-là, un incendie ravage Rome. Beaucoup de gens sans maisons ni foyers. Néron va les aider mais trop tard. On l'accuse. Selon la légende, il accuse les chrétiens. Difficile à dire si c'est vrai ou pas. On a torturé les chrétiens, condamné ad bestias. Aux bêtes dans les arènes, dans les amphithéâtres, pour être plus précis.

Pourquoi, et comment juridiquement ?

élément de réponse : à Rome, au début de l'empire et depuis longtemps, il y a un sénat. C'est une assemblée aristocratique. Le sénat est un organe prestigieux. Il conseil les magistrats, et l'empereur. Il a un domaine de compétence propre. notamment la compétence religieuse. Pour qu'un culte soit autorisé, il faut que le sénat l'autorise. Pour les chrétiens, ça ne sera pas le cas. Sous Tibère déjà. Mais pas de persécutions à ce moment-là.

Peut-être qu'après la crucifixion, on pensait que ça pourrait être un danger pour l'ordre public. Explication la plus plausible. 

Après l'incendie, il condamne les chrétiens. Chez Tertulien, ça lui vaut une mauvaise réputation. Le premier à persécuter les chrétiens. Ce qu'il faut savoir, c'est le pourquoi au niveau de la foi. Pourquoi, pas les juifs ? Après tout, ce sont des monothéistes aussi. 

Les juifs ont une conception de la foi, qui est défensive. Le juif dans l'antiquité considère qu'il doit se mettre en retrait du reste de la population, il n'est pas prosélyte et se considère peuple élu. Le chrétien, lui, envisage la chose différemment. Il considère que c'est son devoir de convertir son prochain, les païens notamment. Le premier concile de Jérusalem en l'an 50, où on dit on peut convertir les païens. Il a un rapport offensif. C'est ce qui va déranger profondément Rome. 

Un romain, qu'est-ce qu'il croit ? Il n'a pas de religion sacrée. Il croit qu'il y a des dieux un peu partout, les fleuves, tout. On pense que les dieux sont à la fois les protecteurs, quand on sacrifie pour eux, mais qui deviennent des persécuteurs quand ils sont en colère, qu'on les délaisse. Les chrétiens vont refuser de sacrifier aux dieux de l'époque, en faisant ça, les romains pensent que les dieux vont être mécontents. Cela provoque de la colère contre les chrétiens. Ils vont chercher les moyens légaux. Le chrétien passe pour quelqu'un qui va attiser la foudre des dieux sur la communauté. 

Quand Saint Augustin écrit La cité de Dieu au 5ème siècle, il l'écrit aux païens qui pensent que les chrétiens ont détruit l'empire. On va penser ça longtemps. Toute l'historie moderne va dire que la christianisation est la cause principale de la chute de l'empire. Guibonne source principale de ce fait. 

Après Néron, les chrétiens vont vivre plus ou moins dans la paix. La mesure du sénat est une interdiction, mais les gens font un peu ce qu'ils veulent. Entre Néron et Trajan, (période de 40-50ans).

Trajan va prendre des mesures un peu particulières, à la fois protectrices, mais aussi plus sévères. Dans l'empire il y a des fonctionnaires un peu partout, dans la Turquie du Nord, Pline va écrire "chez moi j'ai plein de chrétiens, que dois-je en faire ?"

Trajan va dire, premièrement, on ne reçoit pas les dénonciations anonymes. Ce qui arrivait, fréquemment.

On considère dans Rome que quelqu'un qui accuse, est quelqu'un qui saura assumer ses accusations. 

Ensuite il dit, ne recherchez pas les chrétiens. Punir les chrétiens, mais dire les fonctionnaires ne les recherchez pas, c'est une situation ambiguë. 

Il régularise la procédure, il permet à la fois qu'ils ne soient pas persécutés d'une certaine façon, mais il persécute. (Trajan : 110-120.)

La situation des chrétiens dépend des empereurs. 

L'évêque, ça n'est pas tardif, mais pas primitif. Au début, il n'a pas de pouvoirs particuliers, comme au moyen-âge. Il n'a pas un privilège de juridiction. Le privilège du fort. à partir de Constantin, les chrétiens sont justifiables des tribunaux. 

On cherche enfin des consenssus. La persécution va soudainement, à partir de Doclécien, fin 3ème siècle, prendre une voie inattendue. C'est une religion de ville, on persécute des villes. Doclécien est un bon administrativement, il coupe l'empire en 2, voire en 4. L'empire reste politiquement soudé. Mais on a deux empereurs, pour administrer en 2 parties l'empire. Doclécien va prendre des mesures radicales contre les chrétiens. Il ordonne aux magistrats locaux de brûler les églises, les livres, la bible. La bible à cette époque, est un recueil de textes. C'est Nicée en 325 qui crée la bible. Césaropapisme. C'est Constantin qui commande. 

On dit que les chrétiens qui ne se prosternent pas aux dieux païens, seront condamnés à mort. Les chrétiens jusqu'au 5ème ou  6ème siècle, le monde court à sa fin. Dans cette optique-là, il est essentiel d'être ardent dans sa foi, car on va passer devant le tribunal. Aujourd'hui on ne peut plus soutenir ça, les chrétiens d'aujourd'hui ne sont plus dans l'attente de la fin du monde, mais à l'époque, oui. 

Pour que la persécution soit totale, il ne dit plus attendez qu'on les dénonce, mais allez en avant. Procédure inquisitoriale, Doclécien, celle d'avant(Trajan), procédure accusatoire. 

Une renonciation en 311, un empereur qui s'appelle Galère, dit que ça ne marche pas. Quand on en tue, il y a encore plus qui viennent. L'édit de Galère, est un édit de résignation. 

Constantin, est de foi païenne. Et puis, en 313, il devient chrétien. La raison est un peu flouée, on dit qu'il a vu un signe dans le ciel. Par ce signe, il s'est converti. Est-ce qu'il a fait une sorte de parie, avant une bataille ? Il se fait baptiser, à la fin de sa vie. Le baptême, c'est un sacrement de fin de vie, dans le christianisme primitif. Car on pense que le baptême, efface le péché. Il est baptisé sur son lit de mort. Quand on commence à baptiser les gamins ? à partir du 5ème ou 6ème siècle, grâce à Saint Augustin. Si les petits meurent, ils iront dans les limbes. Il faut les baptiser. 

Prochain édit : chacun a la liberté dans sa foi. Première fois dans l'histoire de la religion. 313. Les juifs bénéficiaient déjà d'un statut dérogatoire. Pour eux, ça ne change pas grand chose. Il y avait tout un tas de petites religions locales, de sectes. Religions orientales, qui viennent en occident. à partir de là, le christianisme se développe. Les évéchés, se multiplient. On commence à avoir de plus en plus de diacres. Théodose en fait la religion de l'empire, par l'édit de Thessalonique, 380. On interdit aux païens d'exercer leurs fois. Charlemagne va devoir aller en saxe pour s'occuper des païens, donc c'est la preuve qu'il en reste. Le christianisme va devoir à certains égards se compromettre, pour survivre au paganisme. 10% c'est le chiffre haut, chez les historiens, de chrétiens dans l'empire à ce moment-là. Les païens ne comprennent pas, passer du polythéisme au monothéisme.  

On a des tablettes, des païens jetaient ça dans la mer pour maudire. Leur polythéisme, va se reporter sur ce qu'on a retrouvé dans le christianisme. Les chrétiens ont des saints. Ce sont des élus de Dieu, qui ont des pouvoirs. Ils tiennent leurs pouvoirs de Dieu. Les païens prient les saints. Mais ils oublient qu'ils ne sont que des intercesseurs. Saint Augustin va réagir. C'est une hérésie, dit-il. On les laisse faire, cela devient une institution chrétienne. La vierge Marie si on la priait à cette époque, c'était une hérésie. La Saint-Valentin, c'est une ancienne fête païenne. Toutes les fêtes chrétiennes remplacent des fêtes païennes. Le catholicisme a des traces du paganisme. La réforme au 16ème siècle va se servir d'arguments de ce genre. La réforme va dire du pape qu'il est l'antéchrist. Les anciens chrétiens pensaient que c'était Néron. 


QUESTIONS.


Certains intellectuels (notamment issus de la nouvelle droite) considèrent que la persécution envers les chrétiens était politique avant d'être religieuse : les chrétiens mettaient selon eux la cohésion de la cité en danger. Qu'en penses-tu ?

Religion et politique sont deux choses identiques. La persécution a été les deux à la fois. La vie dans la cité ne se résume pas uniquement, mais grandement, par le culte. Effectivement, les chrétiens on a considéré qu'en refusant les dieux païens ils mettaient en danger la cohésion de la cité. Les païens pensaient que les chrétiens allaient attirer la colère des dieux sur la cité. 



Le christianisme a t-il réellement provoqué la chute de l'Empire romain en ayant contribué au déclin de ses forces sociales et religieuses liées au paganisme ? Cette thèse est-elle dépassée, ou y a t-il des éléments de vérité ?

En 298, les chrétiens sont repoussés de l'armée. De facto, ou non, on ne sait pas. L'armée c'est un moyen de se faire du butin. Peut-être que les chrétiens n'ont pas joué le jeu. Est-ce que la religion a été la cause principale de la chute de l'empire ? Certainement, non, un rôle, c'est possible, mais sur le militarisme n'a pas eu un rôle prépondérant. Constantin était chrétien et faisait la guerre. Faire la différence entre le temporel et le spirituel. Rôle très mineur. 


Comment expliquer la disparition de cultes tardifs souvent présentés comme des concurrents du christianisme et parfois plus prisés dans certains milieux comme l'armée ou certains régions (mithraïsme, cultes à mystère, culte de Sol Invictus, culte de Cybèle) ? A-t-on des traces de survivances de ces cultes dans ce qui sera bientôt la France ?

Cela mériterait une étude pour chaque culte. Il y en a plein. C'est vrai, parce que ces religions sont considérés comme des paganismes, après Théodose on les persécute. Mais ils se réincarnent dans le catholicisme. Toute l'historiographie est d'accord pour dire ça. On admire les saints mais on ne les prie pas au départ. Au 4 ou au 5ème siècle, on va demander au saint une bonne récolte. C'est du paganisme, une sorte d'hérésie. Le christianisme, pour survivre, va s'abstenir. 


Une comparaison est souvent faite entre la persécution des Chrétiens et l'attitude de certains empereurs/princes/rois chrétiens envers les derniers reliquats de paganisme. Autrement dit le christianisme aurait écrasé le paganisme. Vision abusive ou bien réelle ?

Vision réelle. Au 5ème siècle, la persécution s'inverse. Les chrétiens mettent à mort les païens. Gaston de Boissy. Même encore jusque chez Charlemagne et un peu après. Paganisme lourdement persécuté. A cause de ça, les mots ont changé de sens. Un temple, pour nous c'est un édifice. Pour un païen, c'est quelque chose de différent. Templum. Les augures regardaient les oiseaux dans le ciel, et définissaient un templum dans le ciel.


Le massacre de la légion thébéenne "chrétienne" sous Dioclétien, mythe ou réalité ?

Je ne peux pas répondre.


Vous avez dit que l'institution de l'épiscopat n'existe pas avant le deuxième siècle, comment expliquer donc que les apôtres eux-même en nomment dans les écrit néotestamentaire ? Je pense notamment à Paul de Tarse qui nommera Timothée évêque d'Éphèse comme en attestent les deux épîtres pastorales du même nom.

On peut parler d'évêques primitifs, mais ils ne jouent pas un rôle fondamental, puisque le christianisme est interdit. à part administrer les groupes de chrétiens autour de lui, les chrétiens à cette époque abandonnent leurs biens et vivent en communauté, et ça s'arrête là. Premiers évêques de Gaule au deuxième siècle. C'est un rôle de plus en plus important, maillage du territoire. 



Le christianisme a remplacé le paganisme selon toi. Les païens avaient des pratiques liées à la nature, au cycle des saisons, au soleil, à la lune et le christianisme a apporté de la transcendance. Ainsi le christianisme ne s'est il pas plutôt enraciné dans des pratiques humaines, dans des réalités ancestrales qui reflétait cette Nature tout simplement ? Enracinement plus que remplacement.


C'est une question d'opinion personnellement. Moi je considère que le christianisme a absorbé certains aspects du paganisme. J'admets moyennement qu'il n'y est pas de transcendances chez les païens, il y en a une chez les néo-platoniciens. 


Qu'est-il advenu des temples ou autels des autres cultes ? Ont-ils été transformés en églises ?

Détruits. Il reste très très peu de temples païens en Europe. Nîmes il y a la maison carrée. Dédiée au fils d'Auguste. Un des derniers. 


Que pensez du retour au paganisme par l'empereur d'Orient Julien dit "l'Apostat" et notamment de sa critique du christianisme ? Quel été l'intérêt pour lui dans une région déjà christianisée ?

Julien, son paganisme n'est pas vraiment un paganisme. C'est un paganisme qui tient les différences du christianisme. La parenthèse julienne tente un nouveau paganisme. Ce n'est pas un retour au paganisme primitif, mais un nouveau paganisme christianisé. Ce qui ne fonctionnera pas. Les écrits de Julien Jerphagnon. Julien l'Apostat. (Il a eu une éducation chrétienne.)



Comment s'articule le pouvoir entre l'Empereur/ les Empereurs et le Pape, dès lors que la papauté gagne en importance ?

Relatif à la papauté médiévale. Le pape n'a pas de rôle dans l'empire romain, il n'existe pas vraiment. Les conciles sont présidés par les empereurs. Césaropapisme.



Le cylindre de Cyrus II retrouvé à Babylone de 538 av J-C n'est-elle pas plutôt la première loi de liberté de culte, bien avant Constantin ? Le fait que Constantin ait inauguré des temples solaires encore après sa victoire ou le fait qu'il fasse du Dimanche (Dies Soli, jour du soleil) ne sont-elles pas une preuve qu'il se soit convertit que tardivement au christianisme ? Conversion qui serait d'ailleurs motivé par le fait qu'il ait tué son fils en 326 (donc après les batailles du pont Milvius et d'Adrianople) et que les prêtres néoplatoniciens du Sol Invictus trouvait cela impardonnable, contrairement aux prêtres chrétiens.

Effectivement, il n'y a pas consensus historique sur la question. Après Constantin, avec sa théorique conversion au pont Melvius et son édit l'année suivante en 313, a continué à adopter un mode de vie païen. Il est encore chef de la religion païenne. On ne peut pas apporter de réponses définitives. On juge trop Constantin et son christianisme par rapport au christianisme moderne, c'est un anachronisme. Je milite en faveur d'un oui, il a pris des mesures fortes en faveur du christianisme. Quel était son intérêt à se convertir au christianisme, à une époque où les chrétiens sont 1 ou 2% dans l'empire. C'était une religion qui était haïe à cette époque là. 


La "discipline de l'arcane" pratiquée par les premiers chrétiens était-elle d'ordre théologique afin de préserver l'initiation des païens et des catéchumènes ou était-elle une réponse aux persécutions romaines ?

Je n'ai pas la réponse, mais je peux faire des recherches.

  • " je considère que le christianisme a absorbé certains aspects du paganisme"
    Il a surtout mis sous l'étouffoir la philosophie antique : la théologie a annihilé la philosophie. En Grèce par exemple il faudra arriver au 18ème siècle pour que le mot " liberté" apparaisse à nouveau dans les textes grecs.

    · Ago 11 months ·
    Default user

    arzel

Report this text