Lourd climat

Lucy Nuange

La chaleur entaille mes poumons. Délicatement suffocante, elle entre par le moindre de mes pores et sort en un vent brûlant et incisif.

Tel un tourbillon stagnant, elle fait frémir la tôle des voitures et engendre un nuage ardent autour de l'acier.

Dans la nuit, elle se terre sous la végétation afin de mieux reprendre son droit une fois le soleil levé.

C'est un spectre rougeoyant, une péninsule brûlante et intouchable.

La muse de l'été entre dans notre pays et nous sommes en apnée.

Report this text