Lyoubov

salesgirl

Lyoubov entra dans la cuisine du petit appartement familial. Elle saisit un morceau de pain qui traînait sur la table et commença à le mâchouiller nonchalamment. Elle jeta un coup d’oeil dans le salon. Le reste de la famille était vautré devant la vieille télé déglinguée. Sa mère lui lança un regard. Lyoubov lui fit un petit signe de la main puis sortit dans la pénombre du couloir.

Elle entendait les voisins s’engueuler à côté. Rien de surprenant à cela. Ça arrivait tout le temps. Ils se détestaient. Lyoubov se demandait quelquefois pourquoi ils restaient ensemble alors qu’ils ne se supportaient pas. Surtout Marina qui se faisait taper dessus. Elle avait parfois du mal à comprendre les adultes.

Elle parcourut les quelques mètres qui la séparaient de l’ascenseur et appuya sur le bouton d’appel. Les murs d’un blanc crasseux réfléchissaient la lumière de l’unique ampoule qui éclairait le corridor. Ça lui faisait un peu mal aux yeux. Elle entendit l’appareil monter lentement puis s’arrêter à sa hauteur avec un claquement sec. Elle monta dans la cabine étroite et appuya sur le numéro 1.

Arrivée au rez-de-chaussée, elle descendit les trois marches du hall et poussa la porte d’entrée.

Ce soir-là, il faisait chaud. Très chaud. L’orage grondait au loin et on apercevait de temps à autre des éclairs zébrer le ciel d’encre. Lyoubov aperçut Lena qui l’attendait un peu plus loin au pied d’un des arbres qui bordait le chemin.

- Lyouba, dépêche-toi. Les garçons nous attendent au terrain de jeu.

Lena portait une jupe courte qui voletait sur ses jambes graciles. Lyoubov était loin de se trouver laide. Elle était même jolie. C’est Dima qui le lui avait dit. Mais Lena, elle, était belle. Elle était belle de la tête aux pieds, de ses cheveux blonds et légèrement ondulés jusqu’à ses orteils aux ongles vermillon.

- Attends. On devait acheter des bières et des clopes.
- D’accord… Mais on fait vite alors, insista Lena.

Les deux adolescentes se dirigèrent bras-dessus bras-dessous vers le Kopeïka de la rue Iourlovski. Elles en ressortirent presqu’aussitôt avec quatre grandes canettes de fausse bière allemande et un paquet de Vogue, des cigarettes de fille fines comme des bâtons de sucettes. Elles avaient aussi acheté des petits chocolats qu’elles grignotaient sur le chemin du square.

Elles passèrent devant l’école n° 6 et arrivèrent bientôt en vue du petit parc où trois garçons étaient déjà installés sur un banc aux couleurs passées. Il était presque onze heures du soir. La lumière orange des lampadaires se reflétait dans les flaques sur le sol en terre battue autour des balançoires. On devinait alentour la masse des grands arbres et des immeubles soviétiques nichée au creux de l’obscurité.

Dima était assis sur le dossier du banc, les pieds sur le siège entouré par ses deux amis, Kostya et Sergueï. D’une main, il tenait une canette de bière, de l’autre il triturait les boutons de son téléphone portable. Il leva la tête et vit les deux filles. Il les regarda se rapprocher.

Dima avait 18 ans. Il était grand et blond, peut-être un petit peu trop maigre. Il dégageait une sorte de magnétisme surtout quand il vous fixait de ses yeux bleus délavés. Lyoubov était fascinée par lui mais elle n’était pas la seule. Toutes les filles du quartier le connaissait. Elle ne savait pas vraiment pourquoi il avait choisi de traîner avec elle plutôt qu’une autre.

A chaque fois qu’elle le voyait, elle ressentait des picotements au creux du ventre, elle avait le souffle court et les mains moites. Elle avait déjà ressenti ça pour des garçons mais pas aussi fort. Même Lena ne le savait pas qu’il lui faisait cet effet-là.

Ils passèrent toute la soirée dans le petit square à boire et fumer tous les cinq. Dima racontait ses histoires provoquant les rires bruyants de ses copains. Les filles avaient la tête qui tournait à cause de la bière. Pas beaucoup, rien qu’un peu. Suffisamment pour se sentir légère.

A une heure du matin, Lyoubov décida qu’il était temps pour elle de rentrer. Elle fit un petit signe à Lena et dit:
- Il est temps que je rentre si je ne veux pas que mes parents m’étripent.
- Je rentre avec toi, fit Lena.

Dima regarda les deux autres, alluma la cigarette qu’il avait portée à sa bouche et dit:
- Je vous raccompagne. Kostya, on se voit demain. Sergueï, tu n’oublieras pas de passer le message à ton frère?

Il n’attendit même pas la réponse et avança sur le chemin aux côtés des deux filles.

Ils marchèrent un petit quart d’heure, Lyoubov et Dima dirent au revoir à Lena qui s’éloigna d’un pas léger vers son immeuble. Ils attendirent qu’elle soit bien rentrée puis repartirent en direction de la rue où habitait Lyoubov.

Elle sentit Dima poser son regard sur elle. Elle tourna la tête vers lui et vit qu’il lui souriait, d’un petit sourire en coin. Elle alluma une cigarette et fuma sans dire un mot. Elle savait qu’il la regardait et pris conscience de tout ce qu’elle était en train de faire: porter sa cigarette à la bouche, inspirer la fumée, relâcher son bras, expirer les volutes grises. Ses gestes ne lui avaient jamais parus aussi peu naturels.

Dima l’avait choisie, elle, et elle se demandait bien pourquoi. Elle se sentait nerveuse et excitée à la fois. Heureuse aussi.

Ils arrivèrent en silence devant le 15, rue Dmitrovka. C’était son adresse. Ils se firent face et Lyoubov plongea ses grands yeux bruns dans ses yeux à lui. Son coeur battait dans sa poitrine, elle sentait ses pulsations dans tout son corps. Ce moment-là, elle l’avait imaginé des milliers de fois depuis qu’elle avait rencontré Dima.

Il se pencha et l’embrassa. Un baiser au goût amer qu’elle aimait bien. Elle sentait son odeur, son parfum mêlé de tabac et de sueur. Elle sentit des frissons chauds partir du bas de son ventre et irradier tout son corps. Elle oublia tout, tout autour. Les minutes lui semblèrent des heures. Un baiser comme si c’était sa première fois.

Il relâcha son étreinte et elle rouvrit les yeux. Ensemble, ils se dirigèrent vers l’entrée du bâtiment. Lyoubov composa le code sur le cadran, il y eu un déclic et elle tira vers elle la lourde porte. Dima attendit qu’elle entre pour partir. Ils se quittèrent sans rien dire en sachant qu’ils se reverraient le lendemain comme tous les soirs.

Lyoubov monta au septième étage, ouvrit la porte de l’appartement avec sa clé puis referma derrière elle. Elle fit un tour dans la cuisine mais ne trouva rien à grignoter. Elle se servit un grand verre d’eau et le but d’un trait. Elle fila sans bruit dans sa chambre. Elle s’allongea toute habillée sur son lit, un petit sourire aux lèvres et s’endormit.

  • Любовь , ... juste un mot d'amour. СПАСИБО !

    · Ago over 10 years ·
    Mcs btndown orig

    .

Report this text