Ma "Menae"

la-rose-blanche


Ma « Menae »

Femelle d'homme au nom si doux et si étrange

Avec tes satins sertis de perles de ton Orient

Ta belle chevelure livrée au vent de ton Occident

Avec ta peau sublime étincelante comme le soleil de ton Levant

Tu es la créature la plus divine du Cosmos.

 

Mon « Vlad »

Ton regard fauve de gladiateur fait de toi mon bourreau et mon Ange

Tu es svelte comme les félins de nos savanes

Le cuir de ton manteau démontre toute la vigueur de tes muscles

Et il émane de toi une énergie qui défit celle de l'Univers.

 

Ma « Menae »

Dès lors que notre « Moja » a foulé le sol de vos villes

Je -et mes fidèles guerriers- vous avons livré bataille

Dès que nos armes ont commencé à cracher de leur feu

J'ai vu la terreur et la mort se répandre parmi vous,

Et vos hommes arrêter de combattre

Mais dès que j'ai posé pour la première fois mon regard sur toi

C'est mon cœur qui s'est arrêté de battre.

 

Mon « Vlad »

Dès que vos vaisseaux ont commencé à envahir le Ciel de nos villes

Je me suis refugiée au creux d'une maison abandonnée

Dès que vos armes ont commencé à cracher de leur feu

C'était la débandade ; tout est devenu sens dessus dessous

Mais dès que j'ai posé pour la première fois mon regard sur toi

Tous mes sens ont pris le dessus.

 

Ma « Menae »

J'ai tout fait comme il me l'avait demandé

J'ai mis le feu à vos maisons

J'ai versé du sang dans vos fontaines

J'ai irradié votre air de nos rayons

J'ai élevé des tours pour son repos

Parce qu'il me l'avait montré ;

J'ai construit des bâtiments flottants pour mes hommes

J'ai rendu votre Ciel noir avec nos drones

Je vous ai dépouillé de votre identité

J'ai détruit cette technologie embryonnaire dont vous étiez si fiers 

Parce qu'il m'avait dit comment faire ;

J'ai remodelé vos rues et je vous ai casés dans les bas-fonds

J'ai écrasé vos réserves de nourriture et d'eau pour vous assujettir

Parce qu'il me l'avait montré.

 

Mon  « Vlad »

J'ai parcouru mes rues désertée par vos guerriers

J'ai vu la couleur du Ciel changer à mesure que vous approchiez

Et que vous combattiez

J'ai vu mon espèce se faire décimer pour faute de soumission

J'ai vu des hommes supplier pour leurs vies

Qui pour vous n'avait aucune valeur

J'ai senti l'air se polluer de vos cigares électroniques

De vos vaisseaux à vapeur de butane

J'ai vu l'eau des rivières et des marécages se changer en sang

J'ai écouté le silence des jardins

J'ai vu des femmes pleurer leurs enfants

J'ai vu des hommes pleurer leurs femmes.

Parce que vous êtes venus…

 

Ma « Menae »

Mon « Moja » m'a entrainé au combat

Il m'a tout enseigné sur l'art de la guerre

Il m'a dit le secret qui entoure votre terre

C'est la terre de nos ancêtres

A cette époque là une guerre avait éclaté

Qui opposait nos ancêtres et les habitants de Mars

Les Martiens disposaient d'un arsenal révolutionnaire

Qu'ils n'avaient pas hésité à déverser sur nous sans ambages

Ils nous avaient ravagés par la peur et par les armes et par des toxines

 

L'air était devenu  irrespirable

Nous avons été obligés de fuir et d'abandonner ce sol bienaimé.

Nous avions promis de revenir chasser les envahisseurs

Et de retrouver cette terre bienaimée.

 

Mon « Vlad »

J'ai entendu des histoires et des rumeurs dans des bouches déformées

Il se raconte, comme si cela pouvait être vrai

Que vous êtes les premiers occupants de ce monde

Qu'un jour une autre espèce vous aurait chassés d'ici

Et que vous seriez partis habiter loin,

Avec la promesse de revenir vous venger.

Je refuse d'y croire ; je ne suis pas une étrangère sur la terre

Ma famille, mes amis, mes…

Ce sont des terriens et non des martiens

Je refuse de la croire !

 

Ma « Menae »

Je suis revenue ici chargé d'espoir

Dévoré par le désir de fouler le sol de mes pairs

Dévoré par l'ambition de chasser l'envahisseur

Dévoré par l'envie de me plaire ici.

 

Mon « Vlad »

Maintenant que je sais la vérité

Je veux partir d'ici

Mon sang me fait horreur

Ma peau me fait horreur

Tous ces visages me font horreur

Toutes ces rues, ces parcs, ces gratte-ciel me font horreur.

 

Ma « Menae »

Mon « Moja » m'a appris les actes de guerres

Il m'a appris à prévoir les obstacles et à les contourner

Mais il ne m'a pas dit comment faire face à l'Amour.

Je suis désarmé, vaincu, paralysé, réduit à néant

Je ne peux plus partir

Mais je ne veux pas rester.

 

Mon « Vlad »

Vous avez pris vos envahisseurs en otage

Et vous semblez vouloir gagner la guerre

Je devrais vous en vouloir à mourir

Mais je ne sais pas pourquoi la haine se change en Amour.

 

Ma « Menae »

Mon « Vlad »

Pour toi je défierai mon « Moja »

Pour toi, je trahirai mes pairs

Nous voulons d'une terre qui ne nous appartient plus

Nous voulons une terre qui n'a jamais été la notre

A nos prochains rendez-vous je t'avouerai des stratèges

A nos prochaines nuits, je te donnerai des indices.

 

 

Ma « Menae »

Ton nom étrange aurait pourtant été doux aux oreilles de mon « Moja »

Oui, mon « Vlad », si et seulement s'il n'avait pas été ton père…

 

 

Report this text