Magnetic Resonance Imagery

Juliet

À toi,
Je ne pourrais jamais le dire.


Que les humains sont faibles
Que les humains sont forts pour souffrir
Et que la souffrance se cramponne à eux comme une sangsue
Même si tu le sais déjà
Je ne peux pas te le répéter.


Progressivement atrophiées
Des cellules se démordent d'elles-mêmes.
                    Dans la propension à se détruire
                 Le corps et le cerveau ne font plus qu'un.

À toi, Je ne pourrais jamais le dire.

Lorsqu'à l'encontre de tes pensées
Lorsqu'en dépit de tes volontés
       Tu ne pourras plus te mouvoir librement
Alors à ce moment-là seulement, tu apprendras.


                                         
                          Mais si je pleure, c'est que,
                      Pardonne-moi, je te l'ai caché
           Cela ne pourra après tout qu'arriver bien trop tôt.

À toi,
Je ne pourrais jamais le dire.

                         Tant que tu peux vivre
                        Tant que tu peux sauter
                Tant que ton corps suivra tes désirs, alors
                 Je ne peux pas te laisser entrapercevoir
                         Cette cage qui se resserrera
                     De jour en jour un peu plus sur toi.

                                                  Une existence ataxique à l'envie de vivre.

À toi,
Tout ce que je peux dire...

 
                          Dans ce présent si éphémère,
              Suis tes pensées encore en mots et mouvements.


(écrit sur une impulsion le 23 janvier 2011)

Report this text