Malédiction de pierres

Francis Etienne Sicard Lundquist

Sonnet

Des branches de soleil ruisselantes de neige

Brûlent comme de l'or sur un carreau d'émail

Que les ailes du vent creusent en éventail

Dans la bouche de mots qui jettent un sortilège.

 

Paré d'un mantelet en velours de Norvège

Un pontife soumis aux rites du sérail

Ecarte de son gant un rideau de vitrail

Pour sceller un mirage à son doigt sacrilège.

 

Quelques lambeaux de lune envahissent le ciel

Epongeant à leur peau des filaments de fiel

Pendant qu'un orgue joue une valse de Vienne.

 

Aux portes du sommeil on maquille d'étain

Le visage figé d'une cartomancienne

Puis on jette des sorts au pied d'un sacristain.

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2017@Shortédition

  • Je suis toujours stupéfaite par votre ingéniosité et votre créativité. Les mots n'ont aucun secret pour vous !

    · Ago about 3 years ·
    Coquelicots

    Sy Lou

    • Merci beaucoup pour ce commentaire tellement laudatif pour l'expression de votre admiration, mais les mots possèdent toujours des secrets que je cherche à mettre sous la lumière des alexandrins. Cordialement, Francis Étienne

      · Ago about 3 years ·
      Vitraux de songes 2 version papier

      Francis Etienne Sicard Lundquist

  • vos vers : de l'or, du velours...éternellement !

    · Ago about 3 years ·
    Louve blanche

    Louve

    • Merci beaucoup pour cette comparaison avec tant de précieux éléments et merci pour ce cri du cœur qui m'enchante. Cordialement, Francis Étienne

      · Ago about 3 years ·
      Vitraux de songes 2 version papier

      Francis Etienne Sicard Lundquist

  • Bien :)

    · Ago about 3 years ·
    Rose rouge touches du piano 12395 934

    Edgar Allan Popol

Report this text