Mauvais sort

salesgirl

Youri pénétra lentement dans la petite isba. Il avait frappé à la porte mais personne n’avait répondu. La pièce principale était plongée dans la pénombre.

- Youri Ivanovitch. Tu as amené ce que je t’ai demandé.

Youri sursauta et se tourna vers l’endroit d’où venait la voix qui l’avait interpellé. Une vieille femme tout de noir vêtue se tenait assise dans un coin de la pièce sur un vieux fauteuil miteux. Il ne se souvenait pas avoir précisé son patronyme au téléphone.

- Oui, répondit Youri en lui tendant la photo.
- Montre-moi.

Elle tendit une main aux doigts si ridés qu’elle ressemblait aux pattes de poulet séchées qui se vendaient quelquefois au marché. Elle prit la photo et sourit.

- Mmmm, belle fille. Elle sera donc à toi où à personne. Je te le promets.

Elle posa la photo sur la petite table qui trônait au milieu de la pièce. Le rituel allait commencer. Youri retenait sa respiration. Elle sortit d’un placard de petites fioles colorées et une salière. Elle jeta une pincée de sel sur la photo en remuant les lèvres silencieusement. Elle attrapa une fiole verte remplie d’un liquide épais. Elle en versa le contenu sur le visage souriant de celle qui serait bientôt à lui. Youri observait la scène avec un mélange de peur et de curiosité. Il se demandait si finalement il avait bien fait de faire appel à la sorcière.

La photo se gondola tandis que la vieille femme continuait ses incantations les yeux fermés. Il ne restait plus sur la table qu’un rectangle noir calciné.

- J’enterrerai cette photo cette nuit sous la pleine lune. Ce moment scellera votre destin à tous les deux. Ta belle sera heureuse avec toi ou ne le sera jamais. Laisse l’argent là et déguerpis. C’est fini.

Youri se sentit un peu désemparé mais tout de même satisfait. Il sortit de la petite maison. Le soleil l’aveugla un instant. Chez la vieille, il faisait si sombre qu’il avait oublié qu’on était en plein milieu de l’après-midi. Sur le perron de la maison d’en face, deux adolescents, une fille et un garçon, étaient assis. Ils mordaient à pleines dents dans de gros morceaux de pastèque. Ils s’arrêtèrent pour le regarder s’éloigner. Youri n’y fit même pas attention. Il monta dans sa voiture et démarra.

Report this text