MOI

Tomu

Encore un vieux dossier! En plein dans la philosophie. Un texte que j'avais écrit en 1ère secondaire en japonnais. Le voilà traduit et un rien modifié.
Moi, je suis... Tomu.
Mais, Tomu n'est pas moi.
Tomu est mon nom.
« Tomu » est une partie de moi.
 
Moi, je suis un humain.
L'humain n'est pas moi.
L'humain est un type d'être vivant
Moi je suis « un humain » parmi de nombreux autres êtres humains.

Toi tu es une partie de moi, et moi je suis une partie de toi.
Au plus tu restes avec moi, au plus nos parties grandissent.
Parce que les moments passés ensemble, les souvenirs construits ensemble sont racontés par chacun d'entre nous.
Parce que tes histoires racontées, tes mots utilisés seront ensuite utilisés par moi-même.
Ces mots que tu as prononcé, resteront des mots que tu as prononcé mais deviendront également des mots que J'ai prononcé.
C'est pour ça que nous somme un ensemble de petites parties de toutes les personnes que nous connaissons.

Par exemple ma mère est une partie de moi, et moi je suis une partie de ma mère.
Mais dans ce cas, comme ma mère m'a appris plus de choses que je lui en aie appris, la partie de ma mère dans moi est plus grande que celle de moi dans ma mère.
Moi je n'ai jamais entendu ma voix.
Ma voix résonne dans tout mon corps et se déforme. De ce fait, ma voix que j'entends et ma voix que les autres entendent est différente.
Je n'entendrai donc jamais ma propre voix.
Je ne peux me fier à des enregistrements : ils ne peuvent lire que le passé.
Mais toutes les autres personnes à part moi, seront dans la mesure d'entendre ma voix.
 
Moi je ne me suis jamais vu.
Mes mains, mes pieds, mon ventre, tout ça je peux voir.
Mais je n'ai jamais vu mes yeux.
Je ne peux me fier à des photos : ils ne peuvent montrer que le passé.
Je ne peux me fier à des miroirs : la droite et la gauche sont inversées.
Mais toutes les autres personnes à part moi, savent me voir.
 
Moi, je ne peux pas me vérifier.
Mais là est la preuve que je vis.
La preuve que ce corps est le mien.
La preuve que cette âme est la mienne.
La preuve que je suis moi.
*
Moi, je ne sais pas qui je suis.
Moi, la personne qui semble être le plus au courant ne le sait pas.
Même si on me demandait « Quelle genre de personne es-tu ? », je ne saurai sans doute pas y répondre.
Si je réponds « je suis gentil » c'est faut : je suis sans aucun doute détesté par au moins une personne.
Si je réponds « je suis méchant » c'est faut : je suis aimé sans doute par au moins une personne dans ce monde (je l'espère…).
Je suis différent pour chaque personne.
Chaque personne a une manière différente de me voir.
Ma grande sœur me voit comme son petit frère.
Mon professeur, comme son élève.
Un inconnu qui marche dans la rue, comme un jeune homme.
Je suis en fait un ensemble de différentes personnes.

Moi, en fonction des gens que je vois, je me change.
Comme chaque personne me regarde de différentes manières, moi aussi je regarde chaque personne de manières différentes.
Tous les jours, je me joue.
Pour chacun de mes amis je joue un moi différent.
Moi, depuis longtemps, je cherche une personne avec qui je pourrai rester moi-même.
Pas besoin de jouer la comédie, une personne avec qui je serai constamment moi-même.
Mais en écrivant ce texte j'ai compris.
Il n'y a pas de « moi-même ».
Un seul « moi » n'existe pas.
Moi, je suis toujours moi, en n'étant jamais moi.
 
Cette réalité est dure...
J'ai donc envie de continuer à penser que quelque part un véritable moi se cache.
Dans mon cœur ? Dans mon corps ?

Un jour... peut-être... je rencontrerai Moi.
 
 
Report this text