Mon aiguille

lilyhamelin

Ana, ma seringue

Mince comme une aiguille, tu n'as plus d'états d'âme

Pas besoin de morphine, d'opium ou autres

Puisque le simple grondement de mon estomac suffit

Je compte, calcule, je fais des proportions, des divisions

Je trace des courbes scrupuleusement

J'oublie que je sens, j'oublie que je brûle

J'oublie que tu n'es pas là pour me voir

Le ruban mesureur, le miroir, la balance

M'offrent une vérité que vous m'avez cachée

Aviez-vous peur ? Que je me rende compte

Qu'au final je n'étais qu'une de plus dans le décompte

Corps moyen, exhibé dans des fringues délurées

Comme une pute qui mendie du désir en pleurant

Dis moi que tu m'aimes, que je suis sublime

Dis moi que non, je ne suis pas comme les autres filles

Dis moi que je suis folle, si ça brûle tes lèvres

Mais jamais, non jamais, que je suis une esclave

Je le sais déjà.

Clamant haut et fort que vos regards, je m'en fous,

Je veux seulement voir ce que vous en pensez

Je me dis libre, je ne suis qu'enchaînée

Je ne veux pas être, je veux seulement paraître...

Sous mes airs de nana provoc et mal élevée

Je ne fais que vous supplier de m'aimer.


Alors un jour, oui, la vérité devait sortir

Je devais voir que non, vous n'êtes pas à mes pieds

Que ma sensualité est outrancière et puérile

Que mon corps n'est pas de ceux qui vous font rêver

Je devais voir que je ne pouvais pas vous plaire

Et qu'au final au moins, je pouvais me séduire

Tenter de m'aimer, de ressembler à mes rêves

Mais mes rêves tombent, tombent si bas...


Puisque je ne peux vous plaire, et puisque j'en ai rien à foutre

Puisque je dérange, et que je peux crever

Au moins je veux vivre comme je le sens

Du moins...


Plus pour longtemps. 

Signaler ce texte