Mon fantôme d'appartement

Elodie Legale

Mon appartement est hanté.

Pas de parquet qui grince, ni d'objets envoûtés. Pas de porte qui claque, ni de vitre brisée. C'est un gentil fantôme. Qui offre sa simple présence.
Ce n'est pas Casper, même s'il est presque aussi transparent. 

La nuit je sens sa présence glaciale, son souffle tiède chatouille ma nuque, mon lit semble moins vide, moins froid malgré tout.

Je l'invite à ma table le matin, même si je sais qu'il ne mange ni ne parle. Mais il est là et c'est en quelque sorte réconfortant.

Il finit toujours par s'en aller, je suppose qu'il doit avoir des choses de fantôme à faire, loin de l'appartement.

Mais il revient chaque soir, en passant par la porte d'entrée. Il ne sonne pas, il a déjà les clés. Il glisse sur le carrelage froid et se hisse dans le lit. Je crois qu'il n'aime pas dormir seul, et c'est mieux ainsi.

Il faudra un jour que je lui dise qu'il me manque, que le travail n'est pas toujours la santé, puisque le sien l'a tué. 

Que je ne sais pas si je dois refaire ma vie, puisqu'il est quand même là toutes les nuits.

Que j'aimerais qu'il revienne parmi les siens, dans le monde de ceux qui vivent et qui chantent.

Dans le monde où le soleil brille quelques fois, et où les gens rient.

Qu'il n'est peut-être pas trop tard, après tout, pour lui.

Mon petit fantôme d'appartement.

Mon homme qui travaille trop, tout simplement.

  • Je connais, j'ai un père qui travaille souvent de nuit et il y a des périodes comme ça où on le voit juste le matin quand on arrive dans la cuisine et que lui va se coucher.
    Ton texte décrit ça d'une belle manière :)

    · Ago about 5 years ·
    Image

    littlerebel

Report this text