Natacha contre le PRISME

isabelangrives

Natacha Saint-Clare

Age : 32 ans
Née dans le comté de Clare (irlande) en 1979

Natacha est abandonnée bébé devant l'église de la ville de Doolin un 1er novembre. Sans aucune information à son sujet, les services sociaux décident de lui donner pour nom celui du comté et lui adjoigne le terme de Saint qui rappelle le jour de sa découverte, la Toussaint. Natacha grandit dès lors dans un foyer et se façonne une personnalité dénué d'émotions. A 11 ans, elle est placée en famille d'accueil. Son caractère froid, ses aptitudes au chapardage et à la bagarre font que la mère de famille refuse de la garder. A 14 ans, Natacha s'enfuit en compagnie d'un garçon, Angus. Les 2 enfants traversent le pays, survivant de menus larcins et parviennent jusqu'à Belfast. Lors d'une fusillade, Angus est tué par l'armée anglaise. Natacha est sauvée in extremis par un membre de l'IRA qui la prend en pitié. Au QG, elle rencontre celui qui va devenir son "Great daddy" : Seamus Towney, le chef de l'IRA. Entourée des hommes de l'armée irlandaise, elle apprend la maitrise des armes et est formée pour devenir l'une de leurs tueuses à gages. A 18 ans, Seamus juge qu'il est temps pour elle de montrer ses capacités mais l'IRA vient de signer la trêve avec les britanniques. Natacha rejoint le nouveau mouvement qui s'est créé : l'Armée Républicaine Irlandaise véritable. En 1998, elle participe à l'attentat d'Omagh et est envoyée aux Etats-Unis. Là, elle découvre que son contact n'est autre qu'Angus qu'elle croyait mort. En 2005, elle se fait arrêter en sa compagnie par l'ATF alors qu'elle s'apprêtait à tuer l'un des membres dissidents de SAMCRO (club de motards qui livre l'IRA en armes). Emprisonnée, Natacha décide d'accepter la proposition de la CIA qui veut la recruter parmi ses agents. En effet, ceux-ci sont conscients de ses capacités et lui propose un deal. Elle travaille pour eux et son amant, Angus MacFerson, ne sera pas exécuté.
Natacha, amoureuse, accepte.

Physique : Yeux verts, chevelure auburn, silhouette élancée, musclée, poitrine avenante, 1m75
Qualité : Méthodique
Hobbies : Collectionne les armes et les jeux d'échecs
Sexualité : Fidèle dans son coeur à Angus, elle aime malgré tout s'envoyer en l'air avec le ou la première venue
Obsessions : Parvenir à  découvrir ses origines et libérer Angus
Langues parlées : Irlandais, anglais, français et chinois

Synopsis 
Les services secrets des grands pays sont en émoi. Une organisation criminelle qui se surnomme elle-même le PRISME vient de faire son apparition depuis quelques mois sur le devant de la scène en revendiquant les enlèvements de personnalités médiatiques, en échange de rançons. Malgré plusieurs pistes qui les conduisent au Moyen-Orient et dans les pays baltes, les agents américains ne parviennent pas à mettre la main sur le noyau dur de l'organisation. Deux mois se passent jusqu'à l'après-midi du 5 mai 2012, où sur une base britanno-américaine, un chercheur sur le point de finaliser une nouvelle arme biotechnologique capable de détruire la population d'une ville en quelques heures, est enlevé. Cinq heures plus tard, les télés du monde entier sont piratées. Sur les écrans apparaît alors l'image d'un homme qui se présente comme le chef de l'organisation : Prometheus. Sa revendication est simple. L'Angleterre, les Etats-Unis et la Russie ont 96 heures pour libérer trois des plus grands criminels actuels : Alexandre Iourevitchn, le tueur aux échecs, Ayman Fazul, membre d'Aqpa et Matt Harding, leader de la suprématie blanche. Les trois états devront également verser 5 milliards de dollars chacun sur un compte au Costa Rica. En cas de refus, l'une des trois capitales sera effacée de la carte. Sans perdre un instant, les gouvernements des 3 pays décident de mêler leurs efforts pour déjouer les plans du PRISME. Natacha Saint-Clare est associée à l'agent anglais du MI6, John Fowley (ce qu'elle répugne) et au russe du SVR (ancien KGB), Youri Pavlov. Pendant la diffusion du message de Prometheus, une interférence à permis aux agents de la section communication de retrouver l'origine du piratage : Tourfan, ville oasis située en Chine. Sur place, les 3 agents apprennent qu'un énorme complexe secret a été construit au milieu des ruines de Jiaohe. Soupçonnant que le chercheur pourrait y être détenu, ils se partagent la fouille de l'endroit. Alors qu'ils sont sur le point de le libérer, les hommes de Prometheus surgissent et tuent l'anglais et le russe. Natacha est désormais seule. Elle découvre dans les documents qu'elle a pu photographier que le PRISME regroupe plusieurs sociétés criminelles dont la Sun Yee On, mafia chinoise basée à Hong Kong. De retour à Tourfan, la CIA l'informe que les trois gouvernements ont décidés de céder momentanément aux menaces en versant les 15 milliards. A elle de se débrouiller pour pénétrer la mafia chinoise et trouver qui se cache derrière le PRISME.
Natacha se rend donc à Hong Kong et lors d'une soirée rencontre celui que l'on surnomme le Petit Dragon, Thomas Chang. Subjugué par la rousse, le chinois l'entraine dans son lit. Au petit matin, profitant qu'il dorme, Natacha fouille dans son portable et découvre un message concernant la rançon versée. Le sms est signé Le Lotus. A sa sortie d'hôtel, elle est accostée par une jeune chinoise de toute beauté qui se présente sous le nom de Ling Cho, agent infiltré dans la triade. Les deux jeunes femmes décident d'unir leurs talents et parviennent à retrouver la trace du Lotus. Alors qu'elle s'apprête à tuer celui-ci, Natacha découvre qu'il s'agit en faite de Ling Cho, n°6 du PRISME et qu'elle a enclenché le compte à rebours actionnant l'arme qui doit détruire Londres. Au bout d'un âpre corps à corps, Natacha parvient à la dernière minute à stopper finalement le processus.

SCENE D'ACTION

Natacha pivota sur ses jambes et regarda la dizaine de portes qui lui faisaient face. Derrière l'une d'entre elle se trouvait forcément le chercheur. Oui mais laquelle ? Puis elle repéra la caméra fixée au-dessus de la troisième.
"Intéressant"
Un mouvement de pas se fit entendre à l'autre bout du couloir. Une dizaine de bottes foulaient à toute vitesse le sol dans sa direction.
"Merde !"
Sans plus réfléchir, son glock à la main, elle tira dans la petite lunette de la caméra et se précipita vers la porte en question. Sur le côté de celle-ci, elle repéra un boitier muni d'une dizaine de touches sur lesquelles figuraient une série de caractères en chinois.
"Malesone'dou !", se mit-elle à jurer en irlandais.
Sans se démonter mais consciente des pas qui se rapprochaient de plus en plus vite, Natacha s'empara d'un petit objet en forme de téléphone portable logé dans la poche de son pantalon et colla deux ventouses de part et d'autre du boitier. A peine le connecta-t-elle que l'écran afficha des algorithmes qui se mirent à défiler devant ses yeux.
"Plus vite, nom de dieu !"
Venant du bout du couloir, elle aperçut le premier homme. C'était un chinois en tenue militaire portant mitraillette au point et s'apprêtant à la mettre en joug.
Un délic se fit entendre et la porte métallique glissa sur le côté. Natacha s'y engouffra aussitôt.
La pièce dans laquelle elle jaillit était une immense salle grise où trônaient de puissants ordinateurs high-tech troués de lumières multicolores. Sur sa gauche, elle aperçut un escalier et s'avança vers lui. Un coup d'oeil lui laissa entrevoir deux grandes formes qui nageaient dans une immensité d'eau claire.
Le "Pshffftt" d'un glissement la fit se retourner. Les militaires venaient à leur tour de franchir la porte et s'avançaient dans sa direction. instinctivement, elle visa le premier et lui tira une balle entre les deux yeux avant de filer se cacher derrière l'une des grosses armoires informatiques. Ils étaient au moins cinq mais Natacha savait que ce ne serait pas un problème. Elle ferma les yeux et écouta attentivement leurs pas. Un sourire sur les lèvres, elle sortit de sa cachette et tira à nouveau trois fois pour faire mouche.
Elle compta. Il en manquait un.
Celui-ci arriva aussitôt sur sa droite et l'emporta avec lui contre la rampe d'escalier forgée en acier trempé. Elle lâcha son arme qui alla s'engouffrer tout droit sous un bureau situé dans le coin. Violemment, Le chinois lui empoigna alors la mâchoire et la força à tourner le visage vers la grande mare d'eau qui se tenait en-dessous. Natacha, le corps écrasé pivota sous la force de l'homme et fixa le spectacle qui l'attendait. Aucun doute que le chinois n'avait plus qu'une idée en tête : servir au couple de requins son corps de déesse en guise de copieux déjeuner.
"Tu rêves, mon joli", lui lança-t-elle en saisissant de ses mains longues et fines ses bras pour se maintenir.
Un craquement soudain se fit entendre. Le tissu qui lui recouvrait la poitrine venait de céder. Un instant décontenancé par la vision affriolante des deux globes chatoyant, l'homme stoppa net son geste. Natacha profita de ce moment d'inattention pour plonger ses deux pouces dans les globes en formes d'amandes qui lui servaient d'yeux. Le molosse poussa un cri de douleur bestiale et recula en portant ses mains devant son visage. Libérée de son joug, elle sauta sur l'occasion en le saisissant par le col de son uniforme pour le pousser de toutes ses forces au-dessus de la rembarde.
Se frottant les mains, elle lança alors aux requins, un : "Slainte, les amis !"*

*A votre santé (en irlandais)

SCENE EROTIQUE

Thomas Chang ne lui avait pas menti. Sa suite d'hôtel était somptueuse et par la fenêtre se dessinait la magnifique péninsule de Kowloon.
Il arriva près d'elle avec deux verres de champagne et lui sourit, charmeur.
- Si j'étais ton patron, je ne te laisserais pas sortir sans garde du corps. Une jolie femme d'affaires comme toi ne devrait pas se promener seule.
En disant ces mots, il lorgna la paire de seins que rendait encore plus avantageuse le décolleté plongeant de la robe de Natacha.
- Je suis une grande fille.
Un petit rire figé sortit des lèvres du chinois. il caressa d'un geste machinal le bouc qui pointait à son menton et la fixa d'un regard de connaisseur.
- Je n'en doute pas mais moi, je ne laisse pas mes filles sortir sans protection.
Il posa son verre et se détourna un instant d'elle. La main sur le col de sa chemise, il défit son noeud papillon et envoya valser sa veste sur le rebord du canapé.
- Je ne suis pas une de tes filles.
Il pivota vers elle, entrouvant sa chemise sur ses pectoraux parfaitement dessinés. Il était vraiment très beau.
- Tu pourrais le devenir. Je suis puissant ici, tu sais. Personne n'osera poser la main sur toi.
S'approchant d'elle, ses doigts se mirent à effleurer l'échancrure de sa robe.
- Tu inspires tant de respect que ça ?
- Ceux qui ne l'ont pas cru ne sont plus là pour en parler, en tout cas.
Il passa son bras dans son dos et d'un geste vif la ramena contre lui. Il exhalait de ses grandes mains, une force impérieuse, cruelle et fascinante à la fois. Natacha sentit une vague de désir déferler en elle.
- J'aime en tout cas les femmes d'affaires dans ton genre qui savent aller à l'essentiel.
Thomas la repoussa contre la table du salon et arracha d'un mouvement rapide sa chemise avant de venir la rejoindre, un sourire carnassier sur les lèvres. Elle remarqua l'énorme tatouage en forme de dragon qui recouvrait le flanc gauche de son torse imberbe. Ses muscles puissants se mirent à rouler sous sa peau à mesure qu'il lacérait avec fureur sa robe et sa culotte. Sans en attendre davantage, Natacha ouvrit sa braguette et extirpa un sexe plus grand que la moyenne. Celui-ci semblait vibrer de pulsations intenses qui ne demandaient qu'à se décharger en elle.
- Impressionnée ?
Oui, elle l'était. Elle se mordit les lèvres et poussa un petit cri quand il plaqua avec rudesse ses mains sur ses seins aux bouts durcis. Il les malaxa avec vigueur avant de s'en emparer et de les aspirer tour à tour dans la bouche. Il avait l'impression d'avoir deux énormes pamplemousses sous les doigts qu'il pouvait croquer, lécher avec frénésie. Puis soudain, il lâcha le tout et plongea son visage entre ses cuisses offertes. Elle poussa un râle de plaisir en sentant ces lèvres se délecter du nectar de sa vulve. D'une main dominatrice, il lui écarta les jambes, se redressa et entra violemment en elle, la labourant de son sexe tendu. Ses mains l'obligèrent à rester plaquer dos sur la table pendant qu'il accélérait la cadence de ses coups de butoir, transformant la douleur du premier contact en un plaisir empreint de frénésie. Elle se mit à soupirer, à crier, enchainant ses cuisses autour de ces reins, se balançant d'un même élan que lui pendant qu'il continuait son rituel. Sa bouche vint lui aspirer les lèvres et leurs langues se mêlèrent dans un tourbillon sauvage. A l'approche de l'extase, elle se mit à lui pétrir le dos puis une déflagration de sperme noya son sexe et elle hurla de plaisir, arc-boutée alors même qu'un voile rouge envahit son cerveau. Elle retomba en arrière et secouée de frissons, lâcha le nom d'Angus.

Report this text