Ôde à l'Hiver

cat-tomate

elle retire ses bottes dans l'entrée
en respectant les frontières du tapis
de la neige tombe outre-mer sur le plancher
et fond dans une flaque expansive
qu'elle ne voit pas et dépose sa chaussette
directement dans l'eau
ce qui lui tire une grimace
elle retire son bas mouillé et le projette 
au hasard dans le salon
ahhhh les joies d'être à la maison
en pleine journée d'hiver
à se geler les os sous le Soleil ardent
réfléchi par la blancheur des alentours
il y a quelque chose dans le chauffage alors
qui réconforte
et même son pied nu 
contraste avec les instants gelés
du dehors
et réchauffe mieux son corps
il y a quelque chose dans l'hiver
qui promet tellement
qui assure une continuité à l'existence
un sens cyclique
qui donne une raison à certaines choses
de se taire
de s'endormir
parfois de s'éteindre
quelque chose comme un retour vers soi
un instant où les graines ne germent pas
ce n'est pas toujours la mort
c'est davantage un repos
une transformation
une canalisation des forces
pour entreprendre la percée
rituelle
c'est que la vie 
se rapporte constamment au cycle des plantes
au cycle du jour et de la nuit
tout roule sur un mécanisme identique
la Transformation
perpétuelle
d'un état en un autre
n'y a-t-il pas là-dedans la plus belle des sagesses
la plus grande des inspirations
n'y a-t-il pas une délivrance
à se porter comme une plante
comme un être pulsé par une force
la vie la mort la renaissance
plus grande que lui
plus grande que tout
cette vérité
porteuse d'une grande simplicité
effraie parfois les esprits surchauffés
et dans tout ce qu'elle observe
elle mérite une place personnelle
dans le monde
belle lunatique
le nez toujours dans les étoiles
c'est qu'il y a une raison 
la roue des saisons se rapporte au coeur
et son coeur est plus fort
désormais




Report this text